Cet article date de plus de neuf ans.

Découverte de l'exoplanète la plus proche de la Terre

En quête de la planète jumelle de la Terre, des astronomes suisses auraient découvert une planète de masse légèrement supérieure à cette dernière, en orbite autour de l'étoile Alpha Centaure B. Ce serait l'exoplanète la plus proche de notre Soleil jamais dévoilée.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (ESO)

Des centaines d'autres planètes extrasolaires ont déjà pû être découvertes, mais cette dernière trouvaille, est à ce jour, une première pour les astronomes. Une équipe de l'Université de Genève en Suisse aurait identifié une exoplanète, soit une planète qui ne tourne pas autour du soleil, de masse quasiment similaire à celle de la Terre et en orbite autour de l'étoile Alhpa Centaure B, la plus proche de notre Soleil. 

Une sorte de "Terre en fusion"

Cependant on est loin de la jumelle de la Terre, tant espérée par les astronomes. Cette exoplanète est bien plus proche de son étoile que la Terre l'est du Soleil. "Presque collée à son soleil, elle doit
probablement ressembler à une sorte de Terre en fusion"
, explique le directeur de l'Observatoire astronomique de
l'Université de Genève
, Stéphane Udry, l'un des découvreurs.

Même si cette nouvelle exoplanète est trop proche de son étoile pour être habitable, elle constituerait à ce jour la plus proche de notre planète jamais découverte.

Un signal faible qui laisse le débat ouvert

Encore faut-il que son existence ne soit pas contestée. Alors que les astronomes ont pu accumuler plus de 450 mesures sur une durée de plus de trois ans grâce au spectographe HARPS de l'Observatoire européen austral (ESO) au Chili, le signal d'une planète détectée en orbite tous les 3,2 jours autour d'Alpha Centaure B semble être un " signal faible sur fond d'un signal plus fort et plus complexe " , d'après l'astronome Artie Hatzes. Pour Robert Lamontagne de l'Université de Montréal, il s'agit " d'une détection à la limite de ce qui est
faisable avec les instruments actuels. L'existence de cette exoplanète doit
être confirmée par d'autres mesures et par une autre équipe
" .

" On trouvera peut-être, dans deux ou cinq ans,
qu'une autre planète de la taille de la Terre tourne autour de cette étoile
dans la zone habitable, mais pour la détecter, il faudra des instruments au
moins dix fois plus sensibles que ceux dont nous disposons aujourd'hui
" , conclut l'astronome laissant le débat ouvert sur l'existence effective de cette exoplanète.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.