"Respect de la loi" ou "résistance citoyenne" : l'évacuation de Bure divise les responsables politiques

Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur et Michèle Rivasi, députée européenne EELV ont réagi jeudi à l'évacuation des opposants au site d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse).

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les opposants au projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse) ont été évacués jeudi 22 février. L'opération a commencé à l'aube avec 500 gendarmes mobilisés pour évacuer le site de 221 hectares. Les responsables politiques ont depuis réagi, comme Michèle Rivasi, députée européenne EELV et fondatrice de la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité.

"J'encourage la résistance citoyenne. On n'a plus le choix, le nucléaire est hors la loi", a-t-elle indiqué jeudi sur franceinfo. Bure est un grand projet inutile, c'est un projet aberrant." Pour la députée européenne, l'enfouissement des déchets nucléaires "est la pire des solutions. Soit ils sont en surface ou à la limite en subsurface, légèrement en dessous de la terre, par rapport à des problèmes de terrorisme et à ce moment on peut y revenir, on peut reconditionner les fûts quand il y a des fissures ou il y a des infiltrations". Michèle Rivasi dit enfin qu'elle "comprend les zadistes".

Des constructions en dur envisagées

À l'inverse, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, estime qu'"il faut bien un jour que la loi soit respectée. Il avait été décidé à la fin de la semaine dernière que nous évacuerions effectivement ce lieu."

Le ministre indique que "nous ne voulons plus de lieux en France qui soient des lieux de non-droit et où l’on puisse s’installer en dehors de toutes règles." Gérard Collomb explique l'évacuation car "un certain nombre de personnes voulaient construire en dur au sein de ce bois. Et donc nous avons prévenu cette construction et fait en sorte que l’Andra puisse récupérer son bien."

L\'évacuation du site de Bure dans la Meuse a commencé au petit matin le 22 février.
L'évacuation du site de Bure dans la Meuse a commencé au petit matin le 22 février. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)