Réchauffement climatique : "Nous ne sommes pas prêts pour le moment", déplore François Gémenne, rapporteur du Giec

Invité de franceinfo, François Gémenne, rapporteur du Giec, met avant la nécessité d'adapter nos sociétés au réchauffement climatique. Un récent rapport du programme Copernicus explique qu'en Europe la hausse des températures est largement au-delà des objectifs de l'Accord de Paris.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Une maison brûlée à Belin-Béliet lors de l'incendie de Landiras en Gironde, le 11 août 2022. (MAXPPP)

"C’est toute l’organisation de la société qui doit être repensée" déclare François Gémenne, rapporteur du Giec et professeur à Sciences Po et à l’université de Liège, invité de franceinfo jeudi 20 avril, à la suite de la publication par le programme européen Copernicus d’un rapport alarmant. Ce dernier fait état d’un dépassement en Europe des températures largement au-dessus du 1,5 degré d’augmentation par rapport à l’ère préindustrielle, limite fixée par l’Accord de Paris en 2015.

>> Dérèglement climatique : "En un demi-siècle la moitié de la surface de glace du massif des Écrins a disparu", alerte un guide de haute montagne dans les Alpes

Copernicus pointe particulièrement que l’Europe a connu depuis le début des années 1990 un réchauffement deux fois supérieur à la moyenne, ce qui en fait le continent le plus touché. "On n’a pas un réchauffement uniforme à la surface du globe, certaines régions se réchauffent plus que d’autres, et malheureusement c’est tombé sur l’Europe", commente François Gémenne.

Les huit dernières années, les plus chaudes jamais enregistrées

"On a longtemps imaginé que ça allait en quelque sorte toucher les autres avant de nous toucher nous, mais on réalise que nous allons être touchés de plein fouet" estime François Gémenne. "Il y a urgence à nous adapter et à anticiper ces attaques". Mais pourquoi l’Europe ? Le chercheur explique que cette situation est due "à la fois parce que l’Europe est située sur un continent et que les continents se réchauffent plus vite que les océans", mais aussi parce que "l’Europe est une région où les circulations atmosphériques font que la température augmente plus vite".

Le programme Copernicus rappelle que les huit dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées dans le monde, avec une année 2022 particulièrement critique. "Nous avons encore parfois tendance à parler de crise climatique comme si c’était une période difficile mais temporaire avant un retour à la normale", déclare François Gémenne. "Mais il faut réaliser que la normale se trouve devant nous et non pas derrière nous". L’expert sur le climat tient à rappeler que les températures ne baisseront plus désormais, ce que confirme le rapport de Copernicus qui mentionne une augmentation des températures de 0,5 degré par décennie.

Repenser la société face au climat

"Il y a toute une série d’impacts du changement climatique qui vont amener des transformations littéralement irréversibles", assure le rapporteur du Giec. "Ça veut dire qu’il faut apprendre à gouverner une Terre nouvelle et un climat qui sera de plus en plus instable. C’est toute l’organisation de la société qui doit être repensée à l’aune de ces impacts". Pourtant, François Gémenne est sceptique, après avoir observé les événements extrêmes de l’été dernier : "Cela nous indique que nous ne sommes pas prêts pour le moment".

Si le rapport est globalement très pessimiste, pour autant il met en avant quelques points positifs, telle que l’augmentation des radiations solaires sur l’Europe, ce qui pourrait permettre de développer l’énergie photovoltaïque par exemple. "L’énergie photovoltaïque est une solution de première importance, mais la difficulté c’est qu’il n’existe pas une solution magique qui va résoudre les problèmes", affirme François Gémenne. Il faut donc s’appuyer sur une panoplie de solutions, mais bonne nouvelle selon le chercheur, "nous avons aujourd’hui à notre disposition toutes les connaissances et technologies qui nous permettent de limiter le réchauffement climatique". "Je pense que la première prise de conscience de notre vulnérabilité, c’est la première étape vers l’adaptation", conclut le rapporteur du Giec.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.