Brésil : au moins 56 morts et 56 disparus après de fortes pluies dans le Nord-Est

Sur l'année écoulée, des centaines de Brésiliens ont péri dans des inondations et des glissements de terrain provoqués par des pluies diluviennes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une rue inondée de Recife, dans l'Etat du Pernambouc (Brésil), le 28 mai 2022. (MARLON COSTA / AP)

Des avenues inondées, des maisons qui s'effondrent, des glissements de terrain… Les pluies torrentielles qui frappent depuis mardi la région de Recife, capitale de l'Etat du Pernambouc, dans le nord-est du Brésil, ont fait au moins 56 morts, selon le dernier bilan annoncé dimanche 29 mai. "En date de dimanche, la mort de 56 personnes a été confirmée et 56 autres étaient toujours portées disparues dans les municipalités de Recife et d'Olinda. Il y a également 3 957 personnes sans-abri", a précisé la Défense civile du Pernambouc dans un communiqué.

Un précédent bilan de la Défense civile parlait de 34 morts, depuis mercredi, ainsi que plus de 1 300 personnes déplacées ou sans abri, sans estimer le nombre de disparus. L'accident le plus grave s'est produit tôt samedi, lorsque 19 personnes ont péri dans un "important glissement de terrain" à Jardim Monteverde, une région où se trouvent des bidonvilles. Six autres personnes ont été tuées dans un autre glissement de terrain dans la municipalité de Camaragibe. Deux sont mortes à Recife et une autre à Jaboatao dos Guararapes. Le président Jair Bolsonaro a exprimé sur Twitter ses "condoléances et sa solidarité aux victimes de cette triste catastrophe".

La situation pourrait s'aggraver

Entre vendredi soir et samedi matin, les précipitations ont atteint 236 millimètres dans certaines parties de Recife, selon la mairie. Cela équivaut à plus de 70% des prévisions de précipitations pour l'ensemble du mois de mai dans la ville. Selon l'agence de l'eau et du climat du Pernambouc, la situation pourrait s'aggraver car les pluies vont se poursuivre pendant les prochaines 24 heures dans l'Etat.

Sur l'année écoulée, des centaines de Brésiliens ont péri dans des inondations et des glissements de terrain provoqués par des pluies diluviennes. En février, plus de 230 personnes avaient été tuées dans la ville de Petropolis, l'ancienne capitale de l'Empire du Brésil au XIXe siècle, dans l'Etat de Rio de Janeiro.

En rendant l'atmosphère plus chaude et aussi plus humide, le réchauffement climatique augmente les risques et l'intensité d'inondations provoquées par des précipitations extrêmes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise climatique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.