Crise climatique : pour un monde juste, limiter le réchauffement à 1,5°C ne suffira pas, selon des chercheurs

Même en respectant ce plafond, un demi-milliard de personnes seront confrontées aux ravages de la montée des eaux.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des enfants jouent à Satkhira (Bangladesh), le 29 janvier 2022. Le Bangladesh est considéré comme l'un des pays les plus vulnérables au réchauffement climatique. (ZAKIR HOSSAIN CHOWDHURY / ANADOLU AGENCY / AFP)

Elle n'empêchera pas des souffrances massives dans les pays en développement. La limitation à 1,5°C du réchauffement de la planète permettra d'éviter un emballement du changement climatique, mais elle ne suffira pas, a averti mercredi 31 mai un consortium de 50 chercheurs.

Même si le monde respecte le plafond de +1,5°C par rapport à la fin du XIXe siècle, un seuil fixé par l'accord de Paris, quelque 200 millions de personnes dans les régions pauvres seront exposées à une chaleur invivable, et un demi-milliard seront confrontées aux ravages de la montée des eaux, alertent ces scientifiques dans une étude publiée dans Nature (lien en anglais).

Ce scénario est désormais considéré comme optimiste. Les émissions de gaz à effet de serre restent à des niveaux records, et pour les experts du Giec, les politiques actuelles mènent plutôt vers un réchauffement de 2,7°C d'ici à la fin du siècle. La température moyenne à la surface de la Terre a déjà augmenté de près de 1,2°C depuis l'ère préindustrielle. Afin d'éviter que de larges pans de l'humanité soient exposés à "des dommages importants (...), la juste limite doit être fixée à 1°C ou en dessous", et la concentration atmosphérique de CO2 – actuellement à 420 parties par million (ppm) – doit être réduite à 350 ppm, selon les scientifiques.

De nouvelles "limites planétaires" franchies

"Nous sommes dans l'Anthropocène, mettant en danger la stabilité et la résilience de la planète entière", a souligné Johan Rockström, auteur principal de l'étude, faisant référence à une nouvelle époque géologique marquée par l'empreinte humaine sur la planète. Johan Rockström est l'un des initiateurs du concept de "limites planétaires", des lignes rouges à ne pas franchir.

En 2009, lui et ses collègues ont identifié neuf de ces limites et trois avaient déjà été franchies : les gaz à effet de serre réchauffant la planète, l'accélération de l'extinction d'espèces et un excès d'azote et de phosphore dans l'environnement. Depuis, trois autres limites ont été franchies : la déforestation, la surexploitation de l'eau douce et l'omniprésence de produits chimiques synthétiques. La pollution extérieure aux particules pourrait s'y ajouter cette année et l'acidification des océans n'est peut-être pas loin derrière. "Rien de moins qu'une juste transformation globale (...) est nécessaire pour assurer le bien-être humain", concluent les auteurs de l'étude.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.