Climat : fin des voitures thermiques, taxe carbone aux frontières, fonds social... On vous explique les enjeux du vote de ce mercredi au Parlement européen

Ce paquet de mesures doit permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre d'au moins 55% d'ici à 2030. Il est soumis au vote mercredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le Parlement européen, à Strasbourg (Bas-Rhin), le 8 mars 2022. (FREDERICK FLORIN / AFP)

Le Parlement européen a rendez-vous avec le climat. Les députés européens vont voter, mercredi 8 juin, sur huit propositions du "paquet climat". Il s'agit du projet de l'Union européenne visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre d'au moins 55% d'ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990 et à atteindre des émissions nettes de gaz à effet de serre nulles d'ici à 2050.

L'une des propositions phares (et très clivantes) à l'ordre du jour concerne l'industrie automobile. Les députés européens vont en effet débattre et voter sur la possibilité d'interdire la vente de voitures thermiques neuves (essence ou diesel) en Europe à partir de 2035. "Cela peut paraître lointain, mais treize ans pour transformer totalement la plus grande industrie en termes d'emplois en Europe, c'est évidemment extrêmement rapide", justifie l'eurodéputé Pascal Canfin, président de la Commission environnement du Parlement européen. 

Cette proposition, qui ne concerne pas les voitures d'occasion et n'interdit pas aux véhicules thermiques de circuler, fait largement débat, jusqu'en France. "L'Union européenne va transformer les voitures en biens de luxe que la classe moyenne ne pourra plus s'offrir", a dénoncé Marine Le Pen en mars dernier. "C'est une condition indispensable pour rendre accessibles aux ménages des véhicules à faible émission et accélérer la transition du secteur automobile tout en sauvant de nombreux emplois dans la filière", rétorque le Réseau Action Climat. Pour rappel, les voitures particulières et les camionnettes produisent environ 15% des émissions totales de CO2 de l'UE.

Une taxe carbone aux frontières de l'Europe

Une autre mesure structurelle divise moins les eurodéputés. Il s'agit de la mise en place de la taxe carbone aux frontières de l'Europe. L'idée est d'appliquer un prix du carbone aux importations de certains biens en provenance de l'extérieur de l'Union, afin de préserver les industries européennes qui doivent, elles, respecter des règles en la matière et limiter les délocalisations. "Nous serons la première zone au monde à mettre en place un tel dispositif, explique l'eurodéputé Pascal Canfin. Aujourd'hui, nos industriels payent le prix du carbone de plus en plus alors que, quand vous produisez en Chine ou en Turquie, vous ne payez pas. C'est injuste et nous mettons fin à cette injustice."

Un fonds social pour le climat pourrait aussi être créé. Ce nouveau fonds a vocation à aider les citoyens les plus touchés par la précarité en matière d'énergie et de mobilité à faire face à la hausse des coûts liés à la transition énergétique. La Commission a proposé de le doter d'un budget de 72 milliards d'euros pour la période 2025-2032.

Les lobbies s'activent

Ces aides prendraient la forme de réduction de taxes ou d'une mise en place d'autres formes d'aide directe au revenu pour faire face à la hausse des prix du transport routier et du carburant de chauffage. Il peut également s'agir d'incitations à la rénovation des bâtiments et, au passage, à des sources d'énergie renouvelables dans les bâtiments ainsi que d'incitations à passer des transports privés aux transports publics, au covoiturage et au vélo.

Les débats s'annoncent musclés au Parlement européen pendant deux jours. Il faut dire que les lobbies s'activent en coulisses afin de réorienter certains textes contraignants. "Si on additionne tous les lobbies, à la fin, on n'a plus aucune action climatique et c'est irresponsable quand on connaît les conséquences du dérèglement climatique", juge l'eurodéputé Pascal Canfin. De son côté, le Réseau Action Climat "demande au Parlement européen de ne pas céder aux lobbies et de prendre le tournant de la transition écologique et de ses bénéfices en votant pour des réformes ambitieuses pour le climat".

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.