COP26 : la Yakoutie regarde le sol sibérien fondre sous ses pieds à cause du réchauffement climatique

Article rédigé par
Sylvain Tronchet et Anastasia Sedukhina - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
L’entrée du village de Dikimdya à l’ouest de Yakoutsk. (ANASTASIA SEDUKHINA/ RADIO FRANCE)

Au nord-est de la Sibérie, la Yakoutie est l’une des régions du monde où le réchauffement climatique est le plus intense. La hausse des températures provoque le dégel du pergélisol, avec des conséquences parfois catastrophiques. 

Depuis plus de trente ans, Isabella Stepanova consigne avec soin dans des cahiers les relevés de températures du village de Berdigestiakh, à 160 km à l’ouest de Yakoustk, en Sibérie centrale (Russie). De sa petite station météo, située juste à côté de l’hippodrome, qui sert aussi d’aéroport, elle est le témoin de la hausse des températures qui frappe son pays, pourtant réputé parmi les plus froids au monde. Un réchauffement climatique dont il est question de l'autre côté de la planète à la COP26 qui se déroule à Glasgow en Ecosse. "Regardez, en décembre dernier, il faisait −11°C, indique Isabella Stepanova en feuilletant ses relevés. Chez nous c’est une température anormale. En décembre il devrait faire en dessous de −40°!"

Isabella Sepanova effectue des relevés de températures à la station météo de Berdigestyakh, 160 km à l’ouest de Yakoutsk (Anastasia Sedukhina/ Radio France)

Presqu’un an plus tard, en cette fin octobre, il fait à peine 0°C. Valery Dichovsky, 66 ans, un autre habitant du village, se désole : "Normalement, nous devrions tous être sur le lac en train de pêcher. Mais on ne peut pas monter sur la glace, elle est trop fine."

Année après année, la vie des Yacoutes change au rythme de la hausse des températures. Principale conséquence : le dégel du pergélisol ("permafrost" en anglais). Cette couche de terre, théoriquement toujours gelée couvre 65% de la surface de la Russie, et la presque totalité de la Yacoutie. Cette république autonome de l’est de la Sibérie, grande comme presque six fois la France est peuplée d’un million d’habitants qui vivent sur un sol gelé qui peut atteindre 1 000 m de profondeur par endroits.

Le dégel du pergélisol provoque des glissements de terrain, comme celui-ci qui grandit jusqu’à 10 mètres par an. (ANTOINE SÉJOURNÉ / UNIVERSITÉ PARIS-SACLAY)

Mais son sommet est menacé. Ici, le réchauffement climatique est deux à trois fois plus rapide qu’ailleurs sur le globe. "On est en train de perdre la couche de pergélisol avec laquelle on est en contact direct, explique Nikita Tananaev, chercheur à l'Institut du permafrost de Yakoutsk. C’est sur elle que reposent nos bâtiments, nos routes, nos fleuves… On change nos paysages et nos écosystèmes. Et on est en train de les perdre de façon quasi définitive."

À Berdigestiakh, la directrice de l’école, Angelica Gabrilieva s’inquiète en regardant les dalles de carrelage du rez-de-chaussée de son établissement se soulever. Comme la plupart des Yacoutes, elle sait que le phénomène peut être dû au dégel du sol dans lequel ont été enfouies les fondations du bâtiment. À Yakoutsk, la capitale, plusieurs maisons, souvent anciennes ont dû être évacuées et détruites parce qu’elles menaçaient de s’effondrer.Les constructions modernes sont posées sur des pieux en béton qui vont s’appuyer sur le sol dur à 6 m de profondeur. Pour l’instant, cela suffit, mais plus tard ? "Les modèles les plus pessimistes prévoient la perte de 30 m de pergélisol à l’horizon 2100", explique Nikita Tananaev.

Les maisons les plus anciennes se déforment sous l’effet du dégel du sol, comme ici, dans la capitale, Yakoutsk. (SYLVAIN TRONCHET / RADIO FRANCE)

Des lacs et des cratères en formation

Dans certains villages, comme à Berdygestiakh, les conséquences du dégel sont déjà visibles. Vladimir Tarassov, l’adjoint d’Angelica Gabrilieva nous emmène sur un terrain, en bordure de la taïga où il avait l’habitude de venir chasser. "Vous voyez, explique ce quadragénaire en désignant une vaste étendue d’eau. Avant, il n’y avait qu’un petit lac, là. Et maintenant il y a de l’eau partout ! Ici, plusieurs familles venaient faucher les foins pour nourrir les vaches ou les chevaux. Mais maintenant, il n’y a que de l’eau." Ailleurs, ce sont des glissements de terrain qui dessinent des cratères qui deviennent plus profonds d’année en année et livrent de larges bandes de pergélisol aux agressions du soleil et des intempéries, accélérant son dégel.

Formation d’un lac en Yakoutie sous l’effet du dégel du pergélisol. (ALEXANDRE FEDOROV / ANTOINE SÉJOURNÉ / UNIVERSITÉ PARIS-SACLAY)

Ces lacs qui se forment, ces terrains qui se déforment sous l’effet du réchauffement du sol, on les trouve un peu partout en Yakoutie. À l’Institut du permafrost, le directeur de recherche Alexandre Fedorov, nous montre une carte de la zone sur son ordinateur : "Là, regardez, ce sont les terres agricoles, dans la République de Sakha [le nom officiel de la Yakoutie], il y en avait 100 000 hectares en 1990. Et voilà pour 2015, poursuit-il en désignant une autre carte maculée de rouge. Il n’y a plus que 40 000 hectares. Plus de deux fois moins. Et ça veut dire que les gens qui vivent là, qui sont des agriculteurs, ils n’ont plus de travail…"

L'inquiétude sur les ressources en eau

Cette apparente abondance d’eau ne doit pas masquer de réelles inquiétudes quant aux ressources en eau potable, aujourd’hui menacées par ces phénomènes de dégel. "Dans cette région, il est impossible de creuser à travers le pergélisol pour aller chercher des eaux souterraines", explique Antoine Séjourné, maître de conférences à l’université de Saclay. "On doit puiser dans le grand fleuve Lena, ou dans des lacs. Les populations utilisent aussi de la glace qu’ils stockent l’hiver pour la boire l’été", raconte ce chercheur français qui connaît bien la zone pour y avoir effectué de nombreux séjours.

"La fonte du pergélisol libère des éléments qui peuvent polluer ces eaux de surface en les rendant salines, notamment. La chimie de ces eaux change et potentiellement on peut avoir un gros problème de ressource en eau."

Antoine Séjourné

à franceinfo

La Yakoutie sort tout juste d’un été de feu qui a vu ses immenses forêts s’enflammer comme jamais. À Berdygestiakh, la bibliothécaire de l’école, Natalia Vassilieva expose les photos prises par ses élèves dont certains ont vu leur maison brûler dans ces incendies. "C’était vraiment affreux, se souvient cette femme d’une cinquantaine d’années. Le soleil avait disparu pendant six semaines. Ce n’était plus qu’un petit point rouge dans le ciel, tellement il y avait de fumée."

Les feux de forêt accélèrent la fonte du pergélisol

Dans son bureau de Yakoustk, le vice-ministre chargé de l’Ecologie de la république autonome, Serguey Sivtsev, travaille au recensement des surfaces brûlées. "Nous devons encore faire des relevés satellites, détaille-t-il, mais au moins huit millions d’hectares ont été touchés par les incendies. On a toujours eu des incendies l’été, mais depuis cinq ans, il y en a de plus en plus et surtout, ils menacent les villages dorénavant." Face à l’ampleur du phénomène, Serguey Sivtsev doit admettre sa relative impuissance.

Les conséquences des incendies de forêt particulièrement violents de l'été 2021 restent visibles malgré la neige de cet automne. (SYLVAIN TRONCHET / RADIO FRANCE)

"Du temps de l’Union soviétique, nous avions 1 600 parachutistes stationnés ici qui luttaient contre les incendies et l’administration des forêts employait 2 600 personnes. Aujourd’hui, il reste 224 parachutistes et 600 fonctionnaires", déplore le vice-ministre.

L’État fédéral vient de débloquer des fonds pour acheter du matériel, renforcer les patrouilles et replanter des arbres, mais les chiffres ne semblent pas à la hauteur de l’immense défi. D’autant que ces incendies accélèrent le dégel sur de larges surfaces. "La forêt joue un rôle de parapluie thermique pour le pergélisol, en le protégeant du soleil et des intempéries, explique Antoine Séjourné. Si on perd cette protection, les augmentations de températures de l’air vont être directement transférées vers le pergélisol. C’est un phénomène que l’on doit encore étudier parce qu’on n’a jamais eu des incendies à cette échelle, et les impacts peuvent être très importants."

La Yakoutie regarde le sol sibérien fondre sous ses pieds - Le repprtage de Sylvain Tronchet et Anastasia Sedukhina
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers COP26

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.