COP25 : des milliers de personnes manifestent à Madrid pour pousser les dirigeants à agir pour l'urgence climatique

Une autre marche était prévue simultanément à Santiago au Chili où devait se tenir la réunion annuelle sur le climat de l’ONU avant que le pays ne renonce à l’accueillir.

Des Indigènes manifestent à Madrid pour appeler les dirigeants du monde à agir pour l\'urgence climatique, le 6 décembre 2019.
Des Indigènes manifestent à Madrid pour appeler les dirigeants du monde à agir pour l'urgence climatique, le 6 décembre 2019. (PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

L'horloge tourne et les températures et les émissions polluantes ne cessent de grimper sur la planète. Des milliers de personnes ont manifesté vendredi 6 décembre à Madrid avec la Suédoise Greta Thunberg pour pousser les pays réunis pour la COP25 dans la capitale espagnole à agir contre la crise climatique"Les dirigeants actuels nous trahissent et nous ne laisserons plus cela se produire", a dit l'adolescente de 16 ans à la foule rassemblée à la fin de la manifestation.

Dans la manifestation, des personnes ont porté des pancartes affichant des messages tels que "Sans planète, pas de futur", "Politiques, la Terre se meurt", "Ce sommet est une farce" ou encore "Le capitalisme tue la planète". D'autres portaient un cercueil pour mettre en scène l'enterrement de l'environnement.

"Le monde va vers sa fin"

Des représentants et membres des peuples indigènes, notamment les Mapuches du Chili, ont aussi participé pour demander la fin des violences subies par leurs communautés et l'expropriation de leurs terres. "Le changement climatique nous touche tous, nous mais aussi les générations futures. Il faut en prendre conscience, le monde va vers sa fin", a déclaré Paula Sánchez, une Madrilène de 16 ans.

Nadine Wulf, étudiante allemande de 25 ans, a indiqué pour sa part espérer que la mobilisation fasse en sorte que "les gens soient convaincus que le changement climatique existe et qu'ils doivent changer leurs habitudes". L'acteur espagnol Javier Bardem a lui aussi pris la parole à la fin de cette marche pour le climat qui a rassemblé 15 000 personnes selon la préfecture. Greta Thunberg a elle évoqué le chiffre de 500 000 participants.

"Nous vivons l'un des moments les plus critiques de notre histoire et pour la première fois, nous parlons d'une seule voix", a-t-il dit, en qualifiant de "stupide" le président américain Donald Trump qui a décidé de quitter l'Accord de Paris sur le climat.

Hausse de 1 °C par rapport à l'ère pré-industrielle

Le dalaï-lama a apporté son soutien aux manifestants dans un tweet : "Nous ne pouvons plus exploiter les ressources de la Terre (...) sans nous soucier des générations futures. Je soutiens les manifestations des jeunes contre l'inaction des gouvernements face à la crise climatique".

Les quelque 200 signataires de l'Accord de Paris, qui visait à limiter le réchauffement de la planète à +2 °C, voire +1,5 °C, et dont les objectifs semblent de plus en plus inatteignables, sont réunis depuis lundi pour deux semaines à Madrid, pressés de toutes parts de fixer des objectifs plus ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le mercure a déjà gagné 1 °C par rapport à l'ère pré-industrielle, amplifiant les catastrophes climatiques.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.