COP21 : un projet d'accord présenté en fin de matinée, en retard sur l'horaire prévu

Après une nouvelle nuit de débats, un texte d'accord final sur la lutte contre le réchauffement climatique est prêt et sera présenté par le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius à 11h30 aux délégations des 195 pays participant à la conférence climat de Paris, en présence de François Hollande.

(Dans son avant-dernière version, le projet fixe comme objectif le maintien de la hausse des températures moyennes de la planète "bien en dessous de 2°C" par rapport aux niveaux pré-industriels. Photo d'illustration © Maxppp)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le chef de la diplomatie française envisageait initialement de présenter à 09h00 ce projet d'accord final, après d'ultimes ajustements dans la nuit. Cela aura finalement pris un peu plus de temps. Le texte sera présenté à 11h30 aux délégués des pays participant à la conférence de Paris sur le climat.

Après une nouvelle nuit blanche, chaque ligne de ce projet d'accord pour limiter le réchauffement de la planète sous le seuil de 2°C va être examiné de près. Mais rien ne dit qu'il y aura un compromis entre les 195 pays représentés, et même si au Bourget on a commencé à démonter les stands, les paris sont toujours ouverts pour savoir si la conférence se terminera bien aujourd'hui ou si la présidence française sera une nouvelle fois renvoyée à sa copie.

Le président de la COP21 confiant

Laurent Fabius prévenait vendredi soir que chacun n'obtiendrait pas 100% de ce qu'il demande mais le président de la COP21 se disait néanmoins confiant pour parvenir à un accord "ambitieux ".

Il s'agit en effet de conclure un accord majeur qui cette fois n'engage pas que les pays développés, comme l'avait fait le protocole de Kyoto, mais tous les pays de la planète. Les tractations ont donc duré toute la journée d'hier pour faire émerger des compromis. Mais du côté des ONG, on s'inquiète qu'ils ne réduisent les négociations à peau de chagrin. Dans le dernier brouillon d'accord, il n' y a par exemple plus de chiffres précis sur les réductions d'émission de gaz à effet de serre. 

Pour maintenir la pression sur les dirigeants, plusieurs ONG se mobilisent ce samedi à Paris et en région, comme à Toulouse, avec des actions pour "déclarer un état d'urgence climatique". L'Elysée de son côté a fait savoir que François Hollande se rendrait au Bourget en fin de matinée, où il pourrait prendre la parole. Le signe que les 195 pays ont très probablement réussi à surmonter leurs divergences. Reste à savoir à quel prix.

"La question de l'ambition de court terme, à quel moment on rehausse les engagements, est un élément clé", estime Pascal Canfin, ancien ministre du développement et futur directeur général de l'ONG WWF France. Il répondait sur France info à Jules Lavie
--'--
--'--