Cet article date de plus d'un an.

Projet de loi climat : le texte sur le secteur aérien ne satisfait ni les professionnels ni les écologistes

Frein au développement ou mesures cosmétiques... Les préconisations du projet de loi inquiètent les professionnels du secteur aérien et sont dans le même temps jugées insuffisantes par les associations écologistes. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des avions sur le tarmac de l'aéroport d'Orly (26 juin 2020). (ERIC PIERMONT / AFP)

L’Assemblée nationale commence lundi 29 mars l’examen du projet de loi "climat et résilience" destiné à mettre la France en ordre de marche pour lutter contre le réchauffement climatique. Il reprend environ la moitié des 149 propositions de la Convention citoyenne sur le climat, dont celles qui concernent le transport aérien.  L’objectif est de limiter ses émissions de CO2 mais les aéroports français s’inquiètent des conséquences des mesures préconisées par la loi.

>> RÉCIT. "Nous, on a fait notre boulot" : l'expérience de la Convention citoyenne sur le climat racontée de l'intérieur

Les professionnels de l'aérien dénoncent d'ailleurs un projet de loi basé sur la décroissance économique de leur secteur. "On partage l'objectif, de réduire les émissions du secteur du transport aérien, explique Thomas Juin, président de l'Union des aéroports français. Sauf qu'on ne partage pas les moyens pour y parvenir. Des moyens qui sont finalement l'interdiction des vols intérieurs et l'interdiction d'extension d'aéroports.

" On considère que cette logique ou ce pari de la décroissance pour le secteur aérien ne mènera à rien, sinon à une destruction d'emplois et de richesses uniquement en France."

Thomas Juin

franceinfo

Il proteste contre l'interdiction des vols sur des destinations situées à moins de deux heures trente de train de Paris et contre les limitations d'extension d'aéroports.

Un faible impact sur le trafic aérien 

Beaucoup de bruit pour pas grand chose, soupire de son côté Agate Bounfour du Réseau action climat : "La loi climat sur l'aviation, elle est vide, estime cette spécialiste du transport. Le fameux critère de deux heures trente ne concerne que la ligne Bordeaux-Orly, une connexion. Et pour les extensions d'aéroports, les dix plus gros projets actuels d'extensions en France ne seront pas concernés. Je ne vois pas en l'état, en quoi la loi climat menace le trafic aérien". Face aux limitations, le secteur préfère miser sur des avions plus économes en carburant. Mais la croissance continue du transport aérien jusqu'à l'an dernier a beaucoup limité les effets de ces progrès technologiques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Convention citoyenne sur le climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.