"Des aménagements cosmétiques qui nous inquiètent fortement" : l'interdiction de louer des passoires thermiques d'ici 2028 est "très insuffisante", juge la Fondation Nicolas Hulot

La responsable Climat-Énergie à la Fondation Nicolas Hulot estime que l'interdiction de mettre en location des passoires thermiques est très insuffisante, au regard du nombre de propriétaires occupants.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une banderole accrochee a une fenetre denonce un probleme d isolation thermique dans un logement HLM de la ville de Paris, en 2018 (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Invitée de franceinfo ce mardi matin, Célia Gautier, responsable Climat-Énergie à la Fondation Nicolas Hulot, réagit à la volonté gouvernementale d'interdire à la location les passoires thermiques d'ici 2028, dans le cadre de la Loi Climat. "C'est très insuffisant", estime-t-elle.

Environ 3 millions de propriétaires occupants

"Il y a 1,8 million de passoires thermiques en location, au total on compte 5 millions de passoires thermiques en France, donc environ 3 millions de propriétaires occupants. On n'a pas vraiment de solution dans cette loi Climat pour les proprétaires occupants", explique Célia Gautier.

"Dans le mécanisme qui est proposé par la majorité présidentielle, on est sur des aménagements cosmétiques optionnels qui nous inquiètent fortement", ajoute Célia Gautier. 

"La Convention citoyenne pour le climat proposait qu'il y ait une obligation progressive pour l'ensemble des propriétaires, qui soit financée, accompagnée, et le gouvernement s'est opposé à cette proposition"

Célia Gautier

franceinfo

"Les petits gestes de travaux ne suffisent pas à réduire les factures et les émissions de gaz à effet de serre, il faut passer à des rénovations performantes et globales", poursuit Célia Gautier. Le gouvernement refuse d'obliger les propriétaires à renover leur logement, c'est pourtant ce qu'il faudrait faire, selon elle.

"Depuis 10 ans on parle de rénovation thermique des logements, avec des incitations qui ont augmenté au fil du temps, et il n'y a pas eu de progrès majeurs. Tous les acteurs de la rénovation demandent une forme de contrainte, progressive et accompagnée", assure-t-elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.