Convention citoyenne pour le climat : Manon Aubry (LFI) "regrette" l’abandon de la taxe de 4% sur les dividendes pour financer la transition écologique

Emmanuel Macron a reçu à l'Elysée les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) lundi 29 juin. Il s'est engagé à transmettre au gouvernement ou au Parlement, ou à soumettre à référendum les 149 propositions, "à l'exception de trois d'entre elles".

Manon Aubry, député européenne de La France Insoumise
Manon Aubry, député européenne de La France Insoumise (JEAN FRAN?OIS OTTONELLO / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

“L’angle mort des annonces d'Emmanuel Macron, c’est la question du financement” déclare lundi 29 juin sur franceinfo Manon Aubry, député européenne de La France Insoumise. Emmanuel Macron a rejeté trois propositions de la Convention citoyenne sur le climat, dont la taxation de 4% sur les dividendes. Une décision que “regrette” Manon Aubry.

Quand on voit que les dividendes ont augmenté de 70% en dix ans, il y a là une manne financière disponible pour la transition écologiqueManon Aubrysur franceinfo

"Sans financement. Il n'y aura pas de révolution écologique, estime la député LFI. Et au-delà de cette taxe sur les dividendes, la convention avait quasiment pour interdiction de se pencher sur la question des financements. Elle s’est quand même saisie du dossier et a fait des propositions intéressantes : ISF, taxe sur les dividendes qui sont dans les propositions, taxe sur les transactions financières, taxe sur la publicité. L'ensemble de ces d'investissement et de ces taxations sont aujourd'hui écartés.

Manon Aubry attendait beaucoup de cette proposition de taxe sur les dividendes. "En plus de rapporter 2 milliards d'euros par an, elle est aussi juste socialement puisque c’est taxer ceux qui ont plus de moyens, à savoir les actionnaires. Quand on voit par exemple que les dividendes ont augmenté de 70% en dix ans, il y a là une manne financière disponible pour la transition écologique qui, en plus, permet de réorienter les investissements."