Baisse de la vitesse à 110 km/h : à Toulouse, la mesure a eu un "effet bénéfique en terme de qualité de l'air", assure l'ATMO

L'organisation chargée de la surveillance de l'air en Occitanie a communiqué les résultats d'une étude menée en avril 2019 sur une portion de l'A62 limitée à 110 km/h. 

Un panneau de limitation de vitesse à 110 km/h (photo d\'illustration).
Un panneau de limitation de vitesse à 110 km/h (photo d'illustration). (LAURENT WATRIN / FRANCE-BLEU SUD LORRAINE)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Alors que la Convention citoyenne sur le climat a proposé, parmi ses 149 propositions, un abaissement de la vitesse à 110 km/h sur les autoroutes, une étude menée par ATMO Occitanie, datée d'avril 2019, montre que cette mesure a eu un "effet bénéfique en terme de qualité de l'air" sur une portion de l'autoroute A62, à la sortie de Toulouse, selon sa directrice, Dominique Tilak, interrogée vendredi 26 juin sur franceinfo.


Cette étude, menée sur un an sur une portion de 10 kilomètres d'autoroute où la vitesse a été abaissée, montre "une quantité de polluants émis dans l'atmosphère moins importante, notamment de dioxyde d'azote", selon la directrice d'ATMO Occitanie. Ainsi, le long de l'autoroute, la concentration de dioxyde d'azote est passée, en moyenne, de 61 à 55 microgrammes par mètre cube d'air, soit une diminution de 9,8%.

Il n'y a plus de pollution chronique aux  abords de la section limitée


L'étude était aussi menée sur une bande de 300 mètres, de part et d'autre de l'autoroute. "Nous avons pu démontrer que des personnes qui étaient exposées à une pollution chronique aux oxydes d'azote sortaient de cette pollution", reprend Dominique Tilak. Concrètement, avec le déplacement, entre 40 et 70 personnes sont passées d'un air qui dépassait la limite autorisée de dioxyde d'azote, à un air aux quantités de dioxyde d'azote réglementaire.


Selon un sondage Odoxa-Dentsu consulting pour franceinfo et Le Figaro publié jeudi, seuls 44% des Français considèrent qu'abaisser la vitesse maximale sur autoroute ferait baisser significativement la pollution.