110 km/h sur les autoroutes : "Repousser sine die cette mesure était la meilleure des choses", "c'est une victoire" pour 40 millions d'automobilistes

Pierre Chasseray, le délégué général de 40 millions d'automobilistes, se réjouit du report du débat par Emmanuel Macron sur l'abaissement de la vitesse maximale autorisée sur les autoroutes mais est moins satisfait des restrictions de circulation envisagées.

Pierre Chaseray, délégué général de 40 millions d\'automobilistes, invité de franceinfo mercredi 5 décembre. 
Pierre Chaseray, délégué général de 40 millions d'automobilistes, invité de franceinfo mercredi 5 décembre.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

"C'était une mesure qui aurait caricaturé la convention citoyenne. Repousser sine die cette mesure était la meilleure des choses qu'on pouvait mettre en place", réagit lundi 29 juin sur franceinfo Pierre Chasseray, le délégué général de 40 millions d'automobilistes, à la volonté d'Emmanuel Macron reporter le débat sur un abaissement de la limite maximale sur les autoroutes à 110 km/h, comme l'a proposé la Convention citoyenne sur le climat.

"C'est une victoire car s'il y avait un dossier qui créait l'unanimité, c'était bien cette opposition aux 110 km", se réjouit Pierre Chasseray, dont l'association avait lancé une pétition contre cette mesure. Un sondage publié le 25 juin sur franceinfo confirme que les trois-quarts des Français interrogés sont opposés à la mesure.

Le président a entendu l'appel des automobilistes

"Il faut savoir dire merci au président. On entend souvent râler quand une mesure est injuste. Eh bien, c'est normal que ce midi, sur franceinfo, je puisse dire bravo au président de la République qui a entendu l'appel de l'Association 40 millions d'automobilistes", lance Pierre Chasseray.

Le délégué général de 40 millions d'automobilistes dit également avoir entendu "des choses moins satisfaisantes" pour les automobilistes dans le discours présidentiel, comme "les restrictions de circulation, notamment dans les centres villes".