Cet article date de plus de sept ans.

Centrales nucléaires : des radars militaires face aux drones

Une source militaire officielle a confirmé mercredi soir auprès de l'Agence France Presse une information de Greenpeace. Des radars "ont été déployés à proximité des sites et des centrales nucléaires récemment survolés par des drones."
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le radar photographié dans le Cotentin © Greenpeace)

Confronté à une première série de survols de centrales nucléaires par des drones, Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, avait été catégorique le 30 octobre sur France Info : "Des dispositifs de neutralisation existent. Ces dispositifs, je ne m'étendrai pas sur leurs modalités parce que je n'ai pas à le faire ." 

A LIRE AUSSI ►►► Centrales nucléaires : Cazeneuve veut "neutraliser les drones"

Mais les survols ont continué. Et l'armée a donc été discrètement mobilisée. C'est Yannick Yousselet, chargé des questions nucléaires à Greenpeace qui en a apporté la preuve.

Une information confirmée de source officielle. "Un certain nombre de moyens techniques" dont des radars militaires, "ont été déployés à proximité des sites et centrales nucléaires récemment survolés par des drones" a déclaré un officiel à l'Agence France Presse.

Pour Yannick Yousselet, ces radars sont des radars Aladin de nouvelle génération, d'une portée de 100 km, "et qui ont surtout la capacité de détecter les petits engins. Le fait qu'on mette des radars, pour nous c'est une bonne chose. Le problème, c'est que le discours ambiant c'est de continuer de minimiser, de continuer à dire que ce sont des jouets. Alors que ce sont des engins qui ont une grande capacité, quelque chose de très organisé avec des gens qui ont des compétences…"

 

"Le problème, c'est qu'on continue à dire que (ces drones) sont des jouets" (Yannick Rousselet)
écouter
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.