Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Les marées noires, une menace pour les écosystèmes marins

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
Lorsque des hydrocarbures se déversent dans la mer, les conséquences sur l'environnement peuvent perdurer pendant plusieurs années.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Lorsque des hydrocarbures se déversent dans la mer, les conséquences sur l'environnement peuvent perdurer pendant plusieurs années.

Naufrages de pétroliers, explosions de plateformes de forage, sabotage de puits de pétrole… Les marées noires surviennent fréquemment. Pourtant, ces nappes sombres d'hydrocarbures sont délétères pour l'environnement. Lorsque des millions de tonnes de pétrole sont déversées dans l'océan, celles-ci peuvent provoquer l'engluement et l'asphyxie d'oiseaux, de tortues ou de mammifères marins. On considère que jusqu'à 125 000 guillemots de Troïl, des oiseaux marins, ont trouvé la mort un mois après le naufrage du pétrolier Erika sur les côtes bretonnes en 1999. Le bateau transportait alors plus de 30 000 tonnes de fioul lourd.

Sous l'eau, ces écoulements sont également toxiques puisqu'ils peuvent priver d'oxygène les micro-organismes qui peuplent les sols. Ces conséquences dramatiques varient selon les marées ou les conditions météorologiques au moment de l'accident.

Des effets sur le long terme

Les résidus d'hydrocarbure continuent d'avoir des effets durables pendant plusieurs années. Douze ans après la marée noire de l'Exxon Valdez au large de l'Alaska, des hydrocarbures toxiques étaient toujours présents sur certaines plages. Plus de 20 ans après, le nombre d'otaries n'était toujours pas revenu à la normale.

Les marées noires nécessitent généralement des opérations de nettoyage de grande envergure pour freiner leur impact nocif sur les écosystèmes côtiers. Mais, malgré les efforts déployés, les stigmates laissés par ces nappes visqueuses peuvent perdurer pendant des dizaines d'années. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Biodiversité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.