La population d'oiseaux d'Amérique du Nord s'est effondrée d'un quart depuis 1970

90% des pertes concernent 12 familles d'oiseaux, dont des moineaux et bruants, des parulines, des merles ou encore le chardonneret jaune.

Des moineaux, le 9 mai 2019.
Des moineaux, le 9 mai 2019. (BERND THISSEN / DPA)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les oiseaux sont de moins en moins nombreux dans le ciel d'Amérique du Nord. La population d'oiseaux de la région s'est effondrée d'un quart depuis 1970, soit près de trois milliards de volatiles en moins dans la nature, estiment des chercheurs dans une étude d'ampleur publiée par la revue Science, jeudi 19 septembre. 90% des pertes concernent 12 familles d'oiseaux, dont des moineaux et bruants, des parulines, des merles ou encore le chardonneret jaune.

Les oiseaux des campagnes sont les plus touchés, sans doute en raison de la réduction des prés et prairies et de l'extension des terres agricoles, ainsi que de l'utilisation de pesticides qui en tuant les insectes affectent toute la chaîne alimentaire. Mais les oiseaux des forêts et les généralistes sont aussi en déclin.

Ces chiffres correspondent au déclin observé ailleurs et notamment en France, où l'Observatoire national de la biodiversité a estimé à 30% le déclin des oiseaux des champs entre 1989 et 2017. Les canards et oies sont la grande exception : leurs populations, après avoir été menacées, ont augmenté depuis 1970.