Expérience sur le blob : le CNRS cherche à "expérimenter le réchauffement climatique sur un organisme vivant", explique une biologiste

Lancé mercredi, un projet a pour ambition de confier un blob à 10 000 apprentis chercheurs pour "collecter" des données, notamment "autour du réchauffement climatique", a expliqué à franceinfo une chercheuse du CNRS.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un blob, au parc zoologique de Paris, le 16 octobre 2019. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le projet "Derrière le blob, la recherche" va tourner "autour du réchauffement climatique" afin de l'expérimenter "sur un organisme vivant" et de "collecter des données", a expliqué sur franceinfo jeudi 21 octobre la biologiste qui le pilote, Audrey Dussutour. Cette expérimentation participative lancée mercredi veut confier un blob à 10 000 apprentis chercheurs pour leurs permettre de faire des recherches, a détaillé la directrice de recherches au CNRS. 

Les candidatures sont ouvertes aux volontaires de plus de 8 ans. L'objectif est de voir comment le blob, cet organisme unicellulaire aux capacités hors normes, habitué aux pays tempérés, pourrait réagir au réchauffement climatique.

franceinfo : En quoi va consister l'expérimentation ?

Audrey Dussutour : Notre projet est autour du réchauffement climatique. On veut voir comment il va affecter le comportement du blob. Il y a deux objectifs : introduire la démarche scientifique au plus grand nombre, de la collecte des données à la publication d'un article, et expérimenter le réchauffement climatique sur un organisme vivant. Chaque volontaire recevra un protocole particulier, devra manipuler la température et regarder les effets sur le blob. On leur demandera de regarder la croissance du blob et son comportement en fonction des différents régimes de température. On mettra à disposition énormément de tutoriels et des protocoles vidéos.

Le blob peut-il vraiment nous apporter des réponses ?

C'est un organisme qui ressemble à une omelette, qui est composé d'une seule cellule, quand nous en avons 100 000 milliards, mais il reste un organisme qui peut apprendre et transmettre des connaissances à ses congénères qui ont de la mémoire. Qui peut trouver le chemin le plus court dans un labyrinthe ? Comment optimiser son régime alimentaire ? En réalité, il peut résoudre des problèmes qui nous apparaissent souvent complexes.

Que cherchez-vous exactement à savoir à travers cette expérience ?

Souvent, dans l'imaginaire des gens, le réchauffement climatique est une augmentation d'1,5 degré celsius. En réalité, le plus important ce sont les changements brusques de température. Nous avons déjà remarqué au laboratoire que, dès qu'on changeait brusquement la température, ça n'allait pas très bien pour le blob. Or, il est un organisme clé dans l'écosystème car il minéralise la matière organique, c'est-à-dire qu'il mange des bactéries, des champignons et relargue des minéraux dont se nourrissent les plantes. On en a besoin. Il sera très affecté par le changement climatique. On essaye donc de comprendre quel type de changement de température va l'affecter le plus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Biodiversité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.