Des touristes français arrêtés en Sardaigne pour "vol de sable"

Ils ont tenté de ramener 40 kg de ce sable blance. Une pratique illégale pour ce matériau considéré comme un bien d'utilité publique. Ils risquent jusqu'à six ans de prison. 

La plage de Teulada, en Sardaigne (Italie). 
La plage de Teulada, en Sardaigne (Italie).  (FRANCESCO BERGAMASCHI / ROBERT HARDING RF / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Un "souvenir" dont ils se souviendront. Un couple de touristes français, en vacances en Sardaigne en Italie, a été arrêté pour avoir emporté du sable au retour de leurs vacances, a rapporté vendredi 16 août le quotidien italien Corriere della sera (en italien).

Près de 40 kg de sable, transportés dans des bouteilles en plastique, ont été interceptés par les douaniers de la Garde des finances. Ce sable fin et blanc provient de la place de Chia, au sud de l'île, "l'une des plus belles du pays", précise la presse locale. 

Un "bien d'utilité publique" 

Les Français ont été contrôlés alors qu'ils s'apprêtaient à monter dans un ferry à destination de Toulon (Var). S'ils se sont justifiés en disant vouloir rapporter un souvenir de leurs vacances, les autorités locales leur ont appris qu'il était illégal de récupérer du sable sur les plages. En Sardaigne, du fait de son rôle dans l'écosystème, il est considéré comme un bien d'utilité publique. Ce délit est puni par des peines de prison allant d'un à six ans de prison. 

Le commerce illégal de sable, cailloux et coquillage croît ces dernières années, indique le quotidien italien. L'été, des touristes, "surtout allemands et scandinaves", récupèrent des kilos de sable blanc avant de le revendre au prix fort sur le net. 

En France, le Code de l'environnement prohibe également cette pratique. Le glanage de sable peut être puni d'une amende allant jusqu'à 1 500 euros.