Automobiles : les nouvelles règles du bonus/malus écologique

Un malus automobile en hausse, et un bonus en baisse. En quelques jours, les députés ont envoyé deux signaux contradictoires en matière de lutte contre la pollution.

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

D'un côté le malus automobile est en hausse, de l'autre le bonus est en baisse. En 2020, les taxes seront pratiquement doublées pour les voitures les plus polluantes, et les aides vont être considérablement diminuées pour les voitures électriques, un marché qui avait pourtant besoin d'être dopé. Pour rendre les routes plus respirables, le gouvernement veut taxer l'achat des véhicules polluants jusqu'à 20 000 euros pour les voitures qui émettent plus de CO2. "Au lieu de 12 500 euros, ça sera 20 000 euros. Donc ça sera 7 500 euros de plus pour des véhicules à plus de 100 000 euros (...) donc ça ne changera rien", explique François Tarrain, rédacteur en chef adjoint d'Auto Plus.

Le bonus accordé pour l'achat d'une voiture électrique va diminuer

De 6 000 en 2019, il va passer à 5 000 euros en 2021 et à 4 000 euros en 2022. Cette mesure est incompréhensible. Dans une concession Renault, l'électrique c'est 30% des ventes en 2019, un chiffre qui a doublé en un an. Pour l'instant, la diminution du bonus éco n'inquiète pas les vendeurs de voitures. "Ça va être un frein dans un premier temps, mais le marché va nous pousser de plus en plus à aller dans l'électrique. Et à un moment donné on va être obligé de passer à l'électrique", confie Olivier Noël, directeur d'une agence Renault.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une voiture électrique en cours de recharge, à Aix-la-Chapelle, en Allemagne.
Une voiture électrique en cours de recharge, à Aix-la-Chapelle, en Allemagne. (YANN SCHREIBER / AFP)