Agroforesterie, ou comment allier le rendement agricole au respect de la nature ?

Une équipe de France 2 est partie à la rencontre d'agriculteurs adeptes de l'agroforesterie. Explications...

Voir la vidéo
FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Pas facile de manier la moissonneuse dans ce type de parcelles. Il faut slalomer entre les arbres, car ici les noyers côtoient l'orge ou même le blé. Une alliance qui fonctionne bien : c'est l'agroforesterie. Un intérêt économique à long terme pour les agriculteurs, mais également un intérêt environnemental. Les chauves-souris et les insectes utiles sont revenus sur ces parcelles, grâce aux arbres où ils peuvent se nicher.

Une minorité

Depuis leur plantation il y a 20 ans, ces arbres au milieu des champs sont scrutés à la loupe. La quantité de bois et de feuillage est analysée grâce à des images en trois dimensions. Les deux cultures, noix et céréales, sont certes en compétition, mais une compétition bénéfique avec plusieurs avantages, notamment l'engrais naturel produit par les feuilles des arbres qui tombent à l'automne. Elles deviennent de la nourriture pour le sol. Chaque année, 3 000 hectares sont plantés en agroforesterie, en culture ou pour l'élevage en prairie. Une technique qui reste minoritaire : moins de 1% de terres agricoles françaises.

Le JT
Les autres sujets du JT