Cet article date de plus d'onze ans.

"Entre 115 et 200 personnels expatriés de l'ONU sont portés disparus", a annoncé l'Organisation des Nations Unies

Le siège de la Mission de stabilisation de l'ONU en Haïti (MINUSTAH) s'est effondré mardi lors du séisme. Dernier bilan: 36 morts.Le chef de la Mission de paix de l'ONU en Haïti, le Tunisien Hedi Annabi, a été tué, selon Bernard Kouchner et le président haïtien René Préval. Ban Ki-moon n'a pas confirmé la nouvelle.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Après le séisme qui a frappé Haïti (13/01/2010)

Le siège de la Mission de stabilisation de l'ONU en Haïti (MINUSTAH) s'est effondré mardi lors du séisme. Dernier bilan: 36 morts.

Le chef de la Mission de paix de l'ONU en Haïti, le Tunisien Hedi Annabi, a été tué, selon Bernard Kouchner et le président haïtien René Préval. Ban Ki-moon n'a pas confirmé la nouvelle.

Le diplomate tunisien avait pris ses fonctions en Haïti le 1er septembre 2007. Il avait été au préalable sous-secrétaire général adjoint de l'ONU pour les opérations de maintien de la paix (1997-2007).

Parmi les autres personnes tuées dans le séisme, figurent trois policiers venant de Jordanie, d'Argentine et du Tchad, ainsi que 11 casques bleus brésiliens, selon le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon, confirmant une annonce précédente de l'armée brésilienne qui a fait état également de 7 disparus au sein de son contingent de 1.266 militaires, le plus important sur l'île.

Des Français se trouvaient parmi les personnes présentes dans le bâtiment au moment du séisme. Le Quai d'Orsay a mis mercredi et jeudi deux numéros d'urgence à la disposition des familles des Haïtiens et d'autres personnes résidant en Haïti: le 01.45.50.34.60 et le 0810.006.330

"Je suis vraiment désolé pour le désastre qui vient de toucher Haïti", a déclaré mercredi Ban Ki-moon en français. "C'est une tragédie pour Haïti (...) et pour les Nations unies". Le responsable onusien doit se rendre sur place "dès que possible".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.