Cet article date de plus de douze ans.

Employé iranien de l'ambassade britannique libéré

Le dernier employé iranien de l'ambassade britannique à Téhéran, emprisonné par les autorités, a été libéré dimanche
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'entrée de l'ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran (7-4-2003) (© AFP PHOTO/Henghameh FAHIMI)
Le dernier employé iranien de l'ambassade britannique à Téhéran, emprisonné par les autorités, a été libéré dimancheLe dernier employé iranien de l'ambassade britannique à Téhéran, emprisonné par les autorités, a été libéré dimanche

Hossein Rassam, analyste politique à la représentation diplomatique de Grande-Bretagne, était détenu depuis trois semaines sous l'inculpation d'incitation aux troubles pendant les manifestations contre la réélection de Mahmoud Ahmadinejad.

Selon son avocat, une caution de 100.000 dollars a été versée.

Huit autres employés, arrêtés en même temps, avaient déjà été libérés ces dernières semaines.

Les autorités de Téhéran avaient accusé l'ambassade britannique d'avoir dépêché des employés dans les manifestations de l'opposition qui ont suivi la présidentielle du 12 juin dernier, pour y fomenter des troubles. Selon la presse radicale, Hossein Rassam a joué un rôle clef dans les troubles. Son arrestation éclairant d'un jour nouveau les "activités subversives" de la Grande-Bretagne. Ce que Londres a démenti avec véhémence.

"Je suis très heureux que Hossein Rassam ait été libéré", s'est félicité le ministre britannique des Affaires étrangères, David Miliband. "La libération de tout notre personnel a été une priorité absolue au cours des trois dernières semaines et cela a nécessité d'intenses tractations avec les autorités iraniennes", a-t-il ajouté.

Le chef de la diplomatie britannique a également remercié les dirigeants européens "pour leur solidarité et leur soutien dans la résolution de cette affaire". Il a enfin rappelé qu'il demeurait "profondément préoccupé" par le cas de Clotilde Reiss, une étudiante française arrêtée en Iran le 1er juillet, déclarant: "l'Europe est unie pour appeler à sa libération immédiate".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.