Biélorussie : l'opposante Svetlana Tikhanovskaïa s'exprimera devant des députés français le 7 octobre

L'opposante biélorusse sera ce jour-là auditionnée par la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, à distance ou en présentiel, à l'invitation de cette dernière.

L\'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa s\'exprime devant la commission des Affaires étrangères de l\'Union européenne, à Bruxelles en Belgique, le 21 septembre 2020.
L'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa s'exprime devant la commission des Affaires étrangères de l'Union européenne, à Bruxelles en Belgique, le 21 septembre 2020. (JONATHAN RAA / NURPHOTO / AFP)

Après Emmanuel Macron, les députés. La cheffe de l'opposition biélorusse, Svetlana Tikhanovskaïa, a déclaré mardi à 29 septembre qu'elle allait s'exprimer devant le parlement français, à l'issue de sa rencontre avec le président Emmanuel Macron, en visite en Lituanie. Svetlana Tikhanovskaïa s'est réfugiée à Vilnius, après une élection contestée en Biélorussie le 9 août.

L'opposante devrait être auditionnée par la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale le 7 octobre à 11h30, à distance ou en présentiel, a indiqué la commission, qui l'a invitée.

"Aider à la médiation"

Avant le président français, l'opposante avait déjà rencontré les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne, et les dirigeants de la Pologne et de la Lituanie, deux Etats européens voisins de la Biélorussie. "Nous ferons de notre mieux en tant qu'Européens pour aider à la médiation", a déclaré Emmanuel Macron aux journalistes, en anglais, à l'issue de sa rencontre avec Svetlana Tikhanovskaïa. Il a précisé qu'il comptait "revenir à la médiation de l'OSCE afin de progresser". L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe avait proposé son aide à négocier la fin de la crise dans le pays.

Emmanuel Macron "soutient l'idée de la médiation parce qu'il comprend que des pays puissants doivent être impliqués pour entamer des négociations avec Loukachenko. Il est prêt à apporter son aide sur ce point", a déclaré l'opposante biélorusse. "Je pense qu'il parlera du Bélarus [autre nom de la Biélorussie] avec la partie russe et qu'il fera tout son possible pour impliquer la Russie dans ces négociations", a-t-elle ajouté. Selon elle, la crise devrait être résolue "aussitôt que possible" et de nouvelles élections libres et équitables devraient être organisées avant la fin de l'année.