Avion dérouté : la Biélorussie "a l'habitude d'être un paria" et ne craint "pas forcément" les sanctions européennes, estime une spécialiste

Minsk a détourné dimanche un avion de la compagnie RyanAir afin de permettre l'arrestation d'un opposant au régime d'Alexandre Loukachenko.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'avion Ryanair qui devait relier Athènes à Vilnius, dimanche 23 mai 2021 à l'aéroport de Minsk (Biélorussie). (PETRAS MALUKAS / AFP)

La Biélorussie "est un pays qui a l'habitude d'être un paria sur la scène européenne", affirme ce lundi sur franceinfo la spécialiste des sociétés post-soviétiques Anna Colin Lebedev. Selon elle, Minsk savait que dérouter un avion "provoquerait une réaction forte de la communauté internationale" mais le pouvoir ne craint "pas forcément" les sanctions européennes. "C'est un message envoyé à l'ensemble des opposants qui se sont réfugiés dans les pays de l'Union européenne", estime la maître de conférence en sciences politiques à l'université Paris-Nanterre.

Avion détourné : la compagnie Ryanair évoque un "acte de piraterie aérienne". Suivez notre direct

franceinfo : Le président biélorusse craint-il cette menace de nouvelles sanctions européennes ?

Ana Colin Lebedev : À mon avis, le pouvoir biélorusse avait tout à fait conscience qu'intercepter cet avion provoquerait une réaction forte de la communauté internationale. À mon sens, ceci est anticipé et pas forcément craint par le pouvoir en place. C'est un pays qui a l'habitude d'être un paria sur la scène européenne. Les classes politique et économique biélorusse ont l'habitude de l'isolement. La dépendance de la Biélorussie vis-à-vis de la scène internationale est relativement limitée.

Pourquoi ce détournement d'avion et pourquoi ce moment-là ?

À mon sens, cet acte a surtout une portée symbolique. Il est relativement disproportionné par rapport à la personnalité de la personne interpellée. Roman Protasevic fait partie de ces jeunes très actifs contre le pouvoir en place. Ils s'expriment sur les réseaux sociaux et ne sont pas affiliés à des partis politiques. La masse de jeunes mécontents qui souhaitent le départ de Loukachenko est extrêmement importante dans le pays depuis l'été dernier. Ce détournement d'avion est un message envoyé à l'ensemble des opposants qui se sont réfugiés dans les pays de l'Union européenne, comme en Pologne ou en Lituanie. Le message qui leur est envoyé est : "Vous vous pensiez en sécurité ? En réalité, vous ne l'êtes pas."

"Il ne faut pas surestimer la coopération entre Moscou et Minsk."

Anna Colin Lebedev

à franceinfo

La Biélorussie a-t-elle pu bénéficier de l'aide de la Russie ?

Pour l'instant, nous ne disposons pas d'éléments qui nous permettent de conclure dans l'un ou l'autre sens. Je pense qu'il ne faut pas surestimer la coopération entre Moscou et Minsk. Si effectivement Moscou est un allié précieux pour la Biélorussie, il y a également une relation relativement conflictuelle entre Alexandre Loukachenko et Vladimir Poutine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections en Biélorussie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.