Élection présidentielle au Mali : ralliement surprise du troisième homme au favori

Dramane Dembélé a annoncé ce samedi, à la surprise générale et contre l'avis de son parti, son ralliement à Ibrahim Boubacar Keita, arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle malienne dimanche dernier. À huit jours seulement du deuxième tour, ce revirement inattendu provoque une certaine tension dans une campagne qui n'en manquait pourtant pas.

(Rebecca Blackwell AP/SIPA)

Pour une surprise, c'est une belle surprise. Le coup de théâtre a été parfaitement orchestré par Dramane Dembélé, candidat de l'Alliance pour la démocratie au Mali (Adema), le plus grand parti politique malien. Arrivé troisième du premier tour de l'élection présidentielle dimanche dernier, avec 9,6 % des voix, il a apporté son soutien au premier et favori, Ibrahim Boubacar Keita (IBK). Il a organisé une conférence de presse samedi à Bamako, pour faire cette annonce.

"Considérant l'aspiration profonde des Maliens à la stabilité, la paix et la sécurité, prenant en compte leur volonté de redonner à notre pays son honneur et sa dignité, conscient de l'appartenance de l'Adéma-PASJ et du RPM (Rassemblement pour le Mali, parti d'IBK) à la même famille politique, celle de l'Internationale socialiste, je lance un appel solennel à tous mes compatriotes qui ont voté pour moi à reporter leur voix sur le candidat Ibrahim Boubacar Keita au second tour"

Une annonce forcément accueillie avec satisfaction par IBK, déjà favori du scrutin, et qui a accueilli avec joie cet apport non négligeable à ses 39,2 % obtenus dimanche dernier.

Un parti divisé

Mais le soutien apporté par Dramane Dembélé ne peut être que personnel. En effet, pas plus tard que ce vendredi, son parti, l'Adéma, avait clairement appelé à voter pour le deuxième homme, Soumaïla Cissé... Une alliance née après le coup d'État du 22 mars 2012 qui avait fait tomber le nord du Mali entre les mains de groupes djihadistes.

La réaction de l'Adéma ne s'est pas fait attendre. Le président par intérim du parti, Iba N'Diaye, s'est exprimé samedi : "La décision de Dembélé n'engage que lui seul. C'est le parti qui décide. Les militants suivront notre mot d'ordre de voter pour Soumaïla Cissé ".

Voilà un revirement qui ajoute quoi qu'il en soit une certaine tension au scrutin présidentiel. Le camp de Soumaïla Cissé, arrivé deuxième dimanche dernier, a déjà dénoncé des fraudes dans les bureaux de vote.