Cet article date de plus de sept ans.

Ebola : décès du patient libérien hospitalisé au Texas

Le patient libérien atteint d'Ebola, le premier à avoir été diagnostiqué hors d'Afrique, est décédé mercredi matin à Dallas où il était hospitalisé. Washington a annoncé des contrôles renforcés dans cinq aéroports.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (L'hôpital de Dallas où était traité le patient atteint du virus Ebola depuis fin septembre. © Maxppp)

"C'est avec une profonde tristesse que nous informons du décès de Thomas Eric Duncan ce matin à 7h51 (15h51 heure française)." Dans un communiqué publié ce mercredi, un porte parole de l'hôpital de Dallas, aux Etats-Unis, a annoncé la mort du patient libérien, contaminé par le virus Ebola.

Thomas Eric Duncan était hospitalisé dans cet hôpital du Texas depuis fin septembre. Il avait présenté les premiers symptômes de la maladie alors qu'il était déjà arrivé aux Etats-Unis en provenance du Liberia, l'un des pays d'Afrique de l'Ouest les plus touchés par l'épidémie de fièvre hémorragique.

Contrôles renforcés dans cinq aéroports

Arrivé à Dallas le 20 septembre, il avait ressenti les premiers symptômes le 24 septembre avant d'être hospitalisé quatre jours plus tard et placé en quarantaine. Il avait bénéficié d'un traitement expérimental. Les autorités sanitaires surveillent de près 48 personnes ayant été en contact avec Thomas Eric Duncan. Dix sont considérées à haut risque d'infection : trois membres de sa famille et sept membres du personnel hospitalier.

Après cette annonce, Washington a annoncé la mise en place de contrôles renforcés pour lutter contre l'épidémie dans cinq aéroports du pays, où arrivent la plupart des passagers en provenance du Liberia, de la Sierra Leone et de la Guinée. Les aéroports concernés sont ceux de JFK (New York), Newark (New Jersey), Dulles (Washington), ainsi que les aéroports internationaux d'Atlanta et de Chicago.

A LIRE AUSSI ►►► Ebola : premier cas de contagion hors d'Afrique en Espagne

Concomitamment, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a lancé un appel à la communauté internationale. Lors d'une conférence de presse ce mercredi, il a "plaidé de manière urgente pour que les nations du monde en fassent plus " face à ce virus qui "exige une réponse mondiale urgente ".

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.