Cet article date de plus de neuf ans.

Deux Françaises ont été tuées dans l'attaque de Nairobi

L'attaque d'un centre commercial de Nairobi a fait plus de 60 morts. Parmi les victimes, deux Françaises, une mère et sa fille, originaires de Nice. François Hollande a condamné dès samedi ce "lâche attentat" revendiqué par un groupe d'islamistes somaliens.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Reuters)

L'assaut du centre commercial
Westgate Mall de Nairobi
au Kenya samedi a fait au moins 69 morts et 175 blessés. Parmi les victimes, deux Françaises. Hélène Conway-Mouret, la ministre des Français de l'étranger, a indiqué samedi soir les deux femmes, une mère et sa fille, se trouvaient sur le parking du centre commercial lorsqu'elles ont été tuées.

Lundi, on a appris que les deux femmes étaient originaires de Nice. La mère, âgée d'une
cinquantaine d'années, était artiste peintre. Corinne Dechauffour vivait
depuis plus de 10 ans au Kenya avec son mari propriétaire d'un établissement
hôtelier à une centaine de kilomètres de la capitale kényane. Leur fille, âgé de 27 ans, les avait rejoints l'an passé.

Le parquet de Paris a par ailleurs ouvert lundi une enquête préliminaire,
lundi, "pour assassinat et tentative d'assassinat en lien avec une
entreprise terroriste".

La condamnation de François Hollande

Samedi soir, François
Hollande, qui a fait part de sa solidarité avec les autorités kényanes, a "condamné avec la plus grande fermeté ce lâche attentat et
partagé la douleur des familles de nos compatriotes
". 

Deux Canadiens ont
également été tués. Des Américains, très vraisemblablement des Britanniques et de
nombreux autres Occidentaux -cibles
privilégiées des assaillants- figurent parmi les blessés.

L'attaque a été revendiquée par un groupe d'islamistes shebabs somaliens.

►►► A LIRE |  Kenya : qui sont les shebab qui ont attaqué le Westgate mall ?

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.