Cuba : un président de 58 ans, des députés de 49 ans... Le rajeunissement politique est une petite révolution

Au lendemain de l'élection de M à la présidence de Cuba, le politologue et directeur de la revue "Temas" Rafael Hernandez voit dans le rajeunissement des hommes politiques au pouvoir un signe encouragent.

FRANCEINFO

Le nouveau président cubain, Miguel Díaz-Canel, 58 ans, élu jeudi 19 avril par les députés de l'Assemblée nationale cubaine, a rendu hommage aux pères de la révolution. Quelles orientations va-t-il donner à la politique cubaine ? Va-t-il prolonger les timides ouvertures en cours dans le pays ? Ou est-il "une marionnette entre les mains du clan Castro", comme le disent des opposants ?

Plusieurs figures historiques écartées

Les noms des ministres qui vont l’entourer ne seront pas connus avant le mois de juillet mais, au conseil d’État comme à l’Assemblée, plusieurs figures historiques ont déjà été écartées. "Dans la précédente Assemblée nationale, l’âge moyen était de 54 ans et dans la nouvelle, c’est 49 ans, indique Rafael Hernandez, politologue et directeur de la revue Temas, un magazine affilié au ministère de la Culture, mais au ton réformateur basé à La Havane. "On espère que ce processus de rajeunissement, qui a commencé il y a plusieurs années, va encore se renforcer", poursuit-il.

Pour n’avoir aucun compte à rendre et mener la politique qu’il entend, Miguel Díaz-Canel devra attendre au moins trois ans, jusqu'en 2021, date à laquelle son prédécesseur Raúl Castro, 86 ans, lâchera les rennes de l'omniprésent Parti communiste de Cuba (PCC).

L\'Assemblée nationale cubaine vote, jeudi 19 avril, pour désigner le nouveau président de Cuba.
L'Assemblée nationale cubaine vote, jeudi 19 avril, pour désigner le nouveau président de Cuba. (ADALBERTO ROQUE / AFP)