Crash du vol MH17 : des nuages planent au-dessus de l'avenir de Malaysia Airlines

En l'espace de cinq mois, la compagnie aérienne a perdu deux avions avec plus de 500 personnes à bord. Des catastrophes qui ne font qu'aggraver l'état des finances de l'entreprise, déjà en berne.

Un avion de Malaysia Airlines s\'est écrasé en Ukraine, jeudi 17 juillet 2014, avec 298 personnes à bord.
Un avion de Malaysia Airlines s'est écrasé en Ukraine, jeudi 17 juillet 2014, avec 298 personnes à bord. (ROBIN UTRECHT / BELGA MAG / AFP)

La compagnie Malaysia Airlines se remettait déjà péniblement de la disparition du vol MH370 en mars, probablement dans l'océan Pacifique, quand un autre de ses avions, un Boeing 777 qui reliait Amsterdam et Kuala Lumpur, a été abattu, jeudi 17 juillet, au-dessus de l'Ukraine.

En cinq mois, la compagnie aérienne malaisienne a donc perdu deux avions, avec au total 537 passagers et membres d'équipage à leur bord. Avec autant de victimes en si peu de temps, Malaysia Airlines traverse, semble-t-il, une crise sans précédent dans l'histoire de l'aviation civile. La compagnie peut-elle survivre à ce nouveau drame ? En tout cas, les nuages s'accumulent au-dessus de son avenir.

Une image très sérieusement écornée

Malaysia Airlines souffrait déjà d'une crise de confiance, depuis la disparition du vol MH370 en mars dernier. L'avion, au départ de Kuala Lumpur et à destination de Pékin, s'était volatilisé au-dessus de l'océan Pacifique, sans que la compagnie et les sauveteurs ne puissent retrouver ne serait-ce qu'un débris de l'appareil.

Mais au-delà du drame lui-même, Malaysia Airlines a surtout été critiquée pour sa communication auprès des familles, faite d'approximations, de contradictions et d'insensibilités. Dix-sept jours après la disparition du vol MH370, les familles des 239 victimes avaient été prévenues par SMS qu'il n'y avait plus aucun espoir de retrouver leur proche. Elle a, semble-t-il, en partie retenue la leçon puisqu'elle a cette fois-ci déjà annoncé un geste en direction des familles : elle leur promet 5 000 dollars aux familles des passagers pour remédier à "leurs besoins immédiats".

Reste qu'avec ce nouveau drame, l'image de la compagnie ne devrait pas s'améliorer. "Les mémoires n'ont pas eu le temps d'oublier la première catastrophe", analyse sur Europe1.fr l'économiste Christian Schmidt, spécialiste des transports. "La marque Malaysia Airlines est sérieusement endommagée", conclut, lui, un consultant interrogé par le Wall Street Journal (en anglais).

Des finances dans le rouge

Avant même ces deux drames, la compagnie était mal en point, raconte le Wall Street Journal. La faute à des coûts élevés et à une forte présence syndicale dans ses rangs, explique le journal financier, qui rendait Malaysia Airlines bien moins compétitive que ses concurrentes low cost en Asie.

En crise depuis plusieurs années, la compagnie a annoncé de très mauvais résultats au premier trimestre 2014, avec près de 100 millions d'euros de pertes, rappelle Quartz (en anglais). Depuis le vol MH370, la compagnie a été obligée de réduire le prix de ses billets : une stratégie plutôt payante, juge le Financial Times (en anglais). La preuve, le vol MH17, par exemple, était plein.

Cette solution suffira-t-elle à la compagnie pour maintenir la tête hors de l'eau ? Désormais, "les gens sont prêts à voler avec Malaysia Airlines seulement si le prix du ticket est très, très bas", explique au Guardian (en anglais) un analyste de la principale banque malaisienne, spécialisé dans le secteur de l'aviation. Le crash du vol MH17 ne fait qu'aggraver l'inquiétude des marchés : les actions Malaysia Airlines perdaient 11% à la mi-journée à Kuala Lumpur, note le journal britannique, et ont chuté de 35% depuis début 2014.

La compagnie face à une situation inédite

Difficile de spéculer, tant cette double tragédie est inédite. "Deux tragédies de cette nature qui arrivent en si peu de temps, c'est du jamais-vu dans l'industrie", explique au Wall Street Journal un expert en management de crise. "Ils sont la mauvaise compagnie au mauvais moment au mauvais endroit."

Pour espérer s'en sortir, la Malaysia Airlines doit désormais soigner sa communication. "Ils pourraient peut-être convaincre leur public qu'ils ne sont pas fautifs", affirme sur Europe1.fr Loïc Tribot La Spière, délégué général du Centre d'étude et de prospective stratégique. Dans ce cas, la compagnie pourra "probablement survivre", estime un expert en sécurité aérienne dans le Guardian.

Tout dépend aussi de l'attitude de son principal propriétaire, le fonds d'investissement de l'Etat malaisien, Khazanah Nasional. Pour l'instant, les autorités n'ont pas annoncé leurs plans pour le futur de la compagnie. Mais sans action rapide, Malaysia Airlines risque de faire faillite prochainement, constate un analyste interrogé par Reuters. C'est d'ailleurs ce qui était arrivé à Trans World Airlines (TWA), après un crash près de New York en 1996, rappelle le Guardian. La compagnie aérienne avait fini par être rachetée par American Airlines.