Cet article date de plus d'un an.

Crash du vol MH17 dans le Donbass en 2014 : deux Russes et un Ukrainien en fuite condamnés à la perpétuité

Un quatrième accusé a été acquitté, jeudi, à l'issue de ce procès organisé aux Pays-Bas, d'où était originaire la majorité des 298 victimes du crash.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des soldats des forces séparatistes pro-russes montent la garde pendant une inspection du site du crash du vol MH17 par des enquêteurs néerlandais, le 11 novembre 2014, dans la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine. (MENAHEM KAHANA / AFP)

Huit ans après les faits, le verdict est tombé. Trois hommes de nationalités russe et ukrainienne ont été condamnés à des peines d'emprisonnement à perpétuité, jeudi 17 novembre, pour la destruction du vol MH17 de Malaysia Airlines au-dessus de l'est de Ukraine en 2014. A l'époque des faits, ils faisaient partie des forces séparatistes prorusses, soutenues par le Kremlin. Le tribunal a établi leur rôle-clé dans l'acheminement depuis la Russie du système de missiles utilisé, même s'ils n'ont pas déclenché eux-mêmes le tir.

Un quatrième accusé, Oleg Poulatov, le seul qui avait présenté des avocats à l'audience, a été acquitté. Aucun des quatre hommes, tous en fuite, n'était présent à l'audience. L'éventuelle incarcération des trois condamnés, les Russes Igor Guirkine et Sergueï Doubinski ainsi que l'Ukrainien Leonid Khartchenko, demeure incertaine. "La communauté internationale devrait les traquer", a appelé un proche de plusieurs victimes.

Ces condamnations ont été critiquées par Moscou, qui dénonce un verdict "politique" et "scandaleux"De son côté, Volodymyr Zelensky a pour sa part salué sur Twitter "une décision importante""La punition pour toutes les atrocités russes – à la fois d'hier et d'aujourd'hui – sera inévitable", a-t-il ajouté.

Une longue quête de justice

Igor Guirkine, 51 ans, ancien espion russe devenu le "ministre de la Défense" de la République populaire séparatiste de Donetsk, était en contact avec Moscou pour obtenir le système de missiles, selon le parquet. Il a nié toute implication des séparatistes dans la destruction du MH17.

Sergueï Doubinski, 60 ans, également lié aux services de renseignement russes, aurait été le chef du renseignement militaire des séparatistes, et aurait donné des ordres concernant le missile. Leonid Khartchenko, 50 ans, chef d'une unité séparatiste, a joué un rôle plus direct dans l'acheminement du missile vers le site de lancement, selon le parquet.

Les quatre hommes étaient accusés du meurtre des 298 passagers et membres d'équipage, tués lorsque l'avion reliant Amsterdam à Kuala Lumpur avait été touché au-dessus de l'est de l'Ukraine tenu par des séparatistes prorusses. Ce procès représente la fin d'une longue quête de justice pour les proches des victimes, qui venaient de 10 pays, dont 196 Néerlandais, 43 Malaisiens et 38 Australiens.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.