Crash du MH17 : les Pays-Bas vont juger quatre suspects pour meurtre en mars 2020

Les enquêteurs ont dévoilé les noms des suspects. Il s'agit de trois Russes et d'un Ukrainien. 

Wilbert Paulissen, de l\'équipe internationale d\'investigation, dévoile les noms des 4 suspects dans l\'affaire du crash MH17, aux Pays-Bas, le 19 juin 2019.
Wilbert Paulissen, de l'équipe internationale d'investigation, dévoile les noms des 4 suspects dans l'affaire du crash MH17, aux Pays-Bas, le 19 juin 2019. (ROBIN VAN LONKHUIJSEN / ANP)

Le parquet néerlandais va inculper quatre suspects pour meurtre dans le cadre de l'enquête sur le crash du vol MH17, abattu en 2014 au-dessus de l'est séparatiste de l'Ukraine par un missile russe, ont annoncé des familles de victimes, mercredi 19 juin. Les enquêteurs ont identifié comme suspects les Russes Sergueï Doubinski, Igor Girkine et Oleg Poulatov ainsi que l'Ukrainien Leonid Karchenko. 

"Il y aura un procès le 9 mars 2020 contre quatre personnes accusées de meurtre", a déclaré à la presse Silene Fredriksz, dont le fils et la belle-fille ont péri dans la tragédie. "Je suis heureuse que le procès puisse enfin bientôt débuter et que les noms des suspects soient révélés. C'est un début. Je suis satisfaite", a-t-elle ajouté. Mais pour elle, le principal responsable du crash est le président russe Vladimir "Poutine, parce qu'il a rendu cela possible".

Les suspects seront sans doute absents au procès, car, selon les autorités néerlandaises, la Russie n'a pas coopéré à l'enquête et ne devrait pas les remettre à la justice.

Les Pays-Bas et l'Australie accusent la Russie

L'équipe internationale d'investigation conjointe (JIT) avait annoncé, en mai 2018, avoir établi que le missile ayant abattu l'avion provenait de la 53e brigade antiaérienne russe basée à Koursk (Russie). Le Boeing de la Malaysia Airlines, parti d'Amsterdam pour Kuala Lumpur, avait été abattu en plein vol au-dessus de la zone de conflit armé dans l'est séparatiste prorusse de l'Ukraine le 17 juillet 2014. Les 283 passagers, dont 196 Néerlandais, et les 15 membres de l'équipage avaient péri.

Après les révélations de la JIT, les Pays-Bas et l'Australie, dont 38 ressortissants figuraient parmi les victimes, avaient ouvertement accusé la Russie d'être responsable du crash. Pour la première fois, la responsabilité de cette catastrophe était ouvertement imputée à Moscou, qui avait nié avec véhémence toute implication, rejetant la faute sur Kiev.