Séoul déploie des avions furtifs après avoir détecté 180 avions de combat nord-coréens

Cet épisode intervient en pleine montée des tensions ces derniers jours dans la péninsule coréenne, où Séoul et Washington conduisent des exercices militaires conjoints.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme passe devant un écran de télévision, le 2 novembre 2022 à Séoul (Corée du Sud). (JUNG YEON-JE / AFP)

L'armée sud-coréenne a annoncé, vendredi 4 novembre, avoir déployé des avions furtifs, après avoir détecté 180 avions de combat nord-coréens dans l'espace aérien de Pyongyang. C'est un nouvel épisode de la spectaculaire montée des tensions ces derniers jours dans la péninsule coréenne, où Séoul et Washington conduisent des exercices militaires conjoints.

L'état-major interarmées sud-coréen a ajouté avoir "déployé 80 avions de chasse, dont des F-35A". Les avions mobilisés pour les exercices militaires avec les Etats-Unis sont également "prêts" à décoller, selon cette même source.

Pyongyang met en garde Séoul et Washington

Ces exercices aériens conjoints ont été prolongés jusqu'à samedi après le tir raté d'un missile balistique intercontinental (ICBM) par la Corée du Nord jeudi matin. Ils figurent parmi les plus importants jamais réalisés, avec des centaines d'avions de guerre impliqués de part et d'autre.

Pyongyang a déclaré de son côté que la prolongation de ces exercices était "un choix très dangereux et mauvais", et a tiré trois missiles balistiques à courte portée jeudi en fin de journée.

Dans la foulée, l'armée de Séoul a détecté environ 80 tirs d'artillerie effectués par le Nord dans une "zone tampon" maritime depuis la région de Kumkang, dans la province de Kangwon, sur la côte est du pays. Ces tirs ont été dénoncés par Séoul et Washington, qui ont promis de prendre de nouvelles mesures pour démontrer leur "détermination et leurs capacités" face aux menaces croissantes du Nord.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Corée du Sud

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.