Le ministre de la Défense nord-coréen a été exécuté, selon des agents sud-coréens

Hyon Yong Chol, 66 ans, aurait été placé sous le feu d'un canon antiaérien sur un champ de tir.

Un homme regarde à la télévision, à Séoul (Corée du Sud), un reportage sur l\'exécution du ministre de la Défense nord-coréen, le 13 mai 2015.
Un homme regarde à la télévision, à Séoul (Corée du Sud), un reportage sur l'exécution du ministre de la Défense nord-coréen, le 13 mai 2015. (ED JONES / AFP)

Si l'information s'avère exacte, il s'agirait d'une exécution particulièrement spectaculaire. Selon des agents des services de renseignement sud-coréens, la Corée du Nord a tué son ministre de la Défense pour trahison. C'est ce que ces agents ont déclaré, mercredi 13 mai, à des parlementaires, à Séoul. Hyon Yong Chol, 66 ans, aurait été placé sous le feu d'un canon antiaérien sur un champ de tir, situé dans le camp d'entraînement de Kanggon, à 22 km au nord de Pyongyang, la capitale. La Corée du Nord n'a pas confirmé officiellement cette information.

Le ministre de la Défense a été écarté le mois dernier pour avoir désobéi à Kim Jong-un et s'être endormi lors d'une manifestation militaire à laquelle assistait le numéro un nord-coréen, ont rapporté des élus sud-coréens.

Soixante-dix responsables exécutés depuis 2011

Le ministre a été arrêté à la fin du mois dernier et aurait été exécuté trois jours plus tard, sans aucune procédure judiciaire. Des centaines de personnes ont regardé sa mise à mort, ont ajouté les agents du NIS (National Intelligence Service) lors d'une audition à huis clos.

Au total, selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap citant le NIS, environ 70 responsables ont été exécutés depuis que Kim Jong-un a succédé en décembre 2011 à son père, Kim Jong-il.

"La politique intérieure nord-coréenne est très volatile en ce moment, a déclaré Michael Madden, un expert de la direction nord-coréenne. En interne, il ne semble pas y avoir beaucoup de respect pour Kim Jong-un au sein du noyau central et du niveau intermédiaire de la direction." Ce spécialiste juge cependant que l'autorité de Kim Jong-un ou la stabilité du pays ne sont pas menacées dans l'immédiat.

>>Découvrez le blog Corée du Nord, la grande illusion sur francetvinfo