Corée du Nord : l'ONU "condamne fermement" le tir nord-coréen, jugé "hautement provocateur"

Le Conseil de sécurité des Nations unies s'est réuni, vendredi soir.

(KENA BETANCUR / AFP)

Le Conseil de sécurité de l'ONU "a condamné fermement", vendredi 15 septembre, le dernier tir de missile nord-coréen au-dessus du Japon. Dans une déclaration adoptée lors d'une réunion d'urgence à huis clos, ce tir est jugé "hautement provocateur". 

Il s'agit d'"actes scandaleux", selon le Conseil qui demande à la Corée du Nord "de les arrêter immédiatement", dans une déclaration publiée à l'issue d'une réunion d'urgence à huis clos. Et d'ajouter : "Ces actions ne sont pas seulement une menace pour la région mais aussi pour tous les Etats membres de l'ONU."

Les tirs nord-coréens "comme ses autres récentes actions et déclarations publiques sapent délibérément la paix régionale et la stabilité", ajoute le texte - qui ne parle pas de nouvelles sanctions - et qui a été approuvé par les 15 membres du Conseil de sécurité, dont le Japon, membre non-permanent.

Trump évoque les options "puissantes" des Etats-Unis

Les présidents russe, Vladimir Poutine, et français, Emmanuel Macron, ont appelé à des "négociations directes" avec le régime de Pyongyang pour faire baisser les tensions. 

Mais de son côté, le président américain a une nouvelle fois mis en garde la Corée du Nord vendredi soir. "Après avoir vu nos capacités, je suis plus confiant que jamais dans le fait que nos différentes options sont non seulement efficaces mais également puissantes", a-t-il déclaré dans un discours prononcé à la base militaire d'Andrews devant un bombardier furtif B-2.

En août, le président avait lancé un sévère avertissement à Kim Jong-un, le dirigeant nord-coréen. Le régime de Pyongyang fera face à une puissance de "feu et de fureur telle que le monde n'en n'a jamais vu" si elle renouvelle ses menaces contre les Etats-Unis, avait-il promis.