Vladimir Poutine assure la Corée du Nord de son "soutien indéfectible" avant sa visite à Pyongyang

Quelques heures avant l'arrivée prévue du président russe à Pyongyang, des incidents ont éclaté à la frontière entre les deux Corées.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le président russe Vladimir Poutine s'exprime lors d'une réunion à Moscou, le 14 juin 2024. (SEFA KARACAN / ANADOLU / AFP)

Il s'exprimait à quelques heures de son arrivée à Pyongyang pour une visite exceptionnelle. Le président russe Vladimir Poutine a assuré, mardi 18 juin, la Corée du Nord du "soutien indéfectible" de son pays. "La Russie a soutenu [la Corée du Nord] et son peuple héroïque dans leur lutte pour défendre leur droit à choisir la voie de l'indépendance, de l'originalité et du développement par eux-mêmes dans la confrontation avec l'ennemi rusé, dangereux et agressif, hier et demain également, et elle les soutiendra indéfectiblement à l'avenir", a-t-il écrit dans une tribune publiée par le quotidien officiel nord-coréen Rodong Sinmun et l'agence de presse gouvernementale KCNA. Il a également affirmé que Pyongyang "soutient fermement" l'offensive militaire russe en Ukraine et l'en a remercié.

Vladmir Poutine doit effectuer mardi et mercredi une visite d'Etat en Corée du Nord, à l'issue de laquelle un accord de partenariat stratégique pourrait être signé entre ces deux pays dont l'Occident perçoit l'alliance comme une menace. Américains et Européens s'inquiètent depuis des mois du rapprochement accéléré de Moscou et Pyongyang, accusant les Nord-Coréens de livrer des munitions à la Russie pour son assaut contre l'Ukraine en échange d'une assistance technologique, diplomatique et alimentaire.

Des incidents à la frontière intercoréenne

Quelques heures avant l'arrivée prévue de Vladimir Poutine à Pyongyang, des incidents ont éclaté à la frontière intercoréenne. Selon l'état-major sud-coréen, "plusieurs dizaines de soldats nord-coréens ont franchi la ligne de démarcation militaire", avant de battre en retraite sous les tirs de sommation du Sud. Il s'agit de la deuxième incursion de ce type en moins de deux semaines. Par ailleurs, toujours selon l'état-major sud-coréen, plusieurs soldats du Nord ont été blessés par l'explosion de mines qu'ils étaient en train de poser le long de la frontière.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.