Haut-Karabakh : sur la route de l'exil avec les Arméniens

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Haut-Karabakh : sur la route de l'exil avec les Arméniens -
Haut-Karabakh : sur la route de l'exil avec les Arméniens Haut-Karabakh : sur la route de l'exil avec les Arméniens - (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - A. Vahramian, S. Yassine, M. Panossian, V. Ter Minassian
France Télévisions
Contraints à l'exil par peur de la vengeance des forces azerbaïdjanaises, les Arméniens du Haut-Karabakh ont tout abandonné. Un flot immense de réfugiés a pris la route de l'Arménie.

Sur la route de l'exil, un attelage intrigue, vendredi 29 septembre. Un camion transporte une voiture et des civils debout. Ce sont des voisins d'un même village. Ayant emporté un frigo, des vélos et quelques vêtements, les douze voisins voyagent ensemble depuis deux jours. Le camion rejoint le flot immense des réfugiés du Haut-Karabakh. Sur la place de Goris (Arménie), au milieu des bus, se trouve la voiture Lada blanche d'une famille de six personnes, dont un enfant de deux ans. À Stepanakert (Haut-Karabakh), le père était coiffeur et la mère comptable.

La valise plutôt que la vengeance

Avec 1 500 euros de revenus par mois, ils vivaient bien et étaient propriétaires de leur maison. La mère a eu le temps d'emporter les albums de famille. Elle a le sourire en regardant les photos de son mariage, des baignades et de la nature du Karabakh. "C’est horrible, on a tout laissé. Mais grâce à Dieu, nous sommes tous en vie", se rassure-t-elle. Leur fille, âgée de 22 ans, assure être partie la tête haute. Elle préfère la valise à la vengeance des vainqueurs azerbaïdjanais. Sur la place se trouvent des milliers d'autres réfugiés et un prêtre arménien pour une bénédiction de réconfort.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.