Taiwan : en cas d'"agression" de la Chine, "il y a de fortes chances" pour que la France soit "associée à une réaction à des États-Unis", selon un ancien ministre de la Défense

Alain Richard se rend ce lundi à Taïwan avec une délégation de sénateurs français pour "écouter les autorités taïwanaises" et leur donner "la position de la France".
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un cargo passe dans la baie de Taïwan, devant des touristes qui sont sur l'île de Pingtan, l'île chinoise la plus près de Taïwan. (GREG BAKER / AFP)

"Je crois qu'à la fois du point de vue de nos intérêts économiques et de notre position stratégique, s'il y a une agression de la part du pouvoir chinois pour prendre par la force Taïwan, il y a de fortes chances pour que nous soyons associés à une réaction à des États-Unis et des soutiens de Taïwan", déclare à la Rédaction internationale de Radio France l'ancien ministre de la Défense Alain Richard, à la tête d'une délégation de sénateurs français qui arrive à Taïwan lundi 24 avril.

Des propos en écho à ceux d'Emmanuel Macron, qui a suscité une vague d'incompréhension, début avril, en déclarant que l'Europe ne devrait pas automatiquement s'aligner sur les États-Unis ou sur Pékin en cas de conflit à propos de Taïwan.

"Nous allons écouter les autorités taïwanaises, leur indiquer ce que nous pensons être la position de la France : favorable au maintien du statu quo, opposée à une pression militaire et a fortiori à une offensive et nous souhaitons continuer à développer les échanges économiques, la coopération scientifique et universitaire avec Taïwan", ajoute celui qui préside le groupe d'échanges et d'études Sénat-Taïwan.

"Considérer Taïwan comme un partenaire, c'est le message que nous allons porter", insiste le vice-président du Sénat, qui siège au sein du groupe macroniste Rassemblement des démocrates, progressistes et indépendants (RDPI).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.