Cet article date de plus d'un an.

Taïwan : en cas d'invasion chinoise, la France ne pourra pas rester "en dehors du conflit" en raison des "semi-conducteurs", estime l'ambassadeur de l'île à Paris

Publié
Durée de la vidéo : 11 min
François Chihchung Wu, ambassadeur de Taïwan en France, était l'invité des "4 Vérités" sur France 2, mercredi 19 avril.
Taïwan : en cas d'invasion chinoise, la France ne pourra pas rester "en dehors du conflit" en raison des "semi-conducteurs", estime l'ambassadeur de l'île à Paris François Chihchung Wu, ambassadeur de Taïwan en France, était l'invité des "4 Vérités" sur France 2, mercredi 19 avril. (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - T.Sotto
France Télévisions
François Chihchung Wu, ambassadeur de Taïwan en France, était l'invité des "4 Vérités" sur France 2, mercredi 19 avril.

Mercredi 19 avril, François Chihchung Wu, ambassadeur de Taïwan en France, était l'invité des "4 Vérités" sur France 2. Interrogé sur l'éventualité d'une attaque prochaine de la Chine sur Taïwan, l'ambassadeur a déclaré : "La Chine a une ambition de dominer le monde, et pour dominer le monde, elle doit d'abord dominer l'océan Pacifique, et Taïwan joue un rôle clé pour la domination chinoise dans cet océan." "Nous craignons une conquête, une invasion de la Chine, mais ce ne sera pas le scénario à la façon ukrainienne, parce que la capacité de défense de Taïwan est totalement différente, et il y a aussi le détroit de Formose qui nous sépare", a indiqué l'ambassadeur de l'île en France.

"Nous avançons ensemble"

Réagissant aux propos d'Emmanuel Macron sur Taïwan, François Chihchung Wu a estimé que "si Taïwan est envahi par la Chine, la France ne sera pas capable de dire : 'On est en dehors de ce conflit', parce que vous avez aussi besoin des semi-conducteurs". "Taïwan et la France sont des pays démocratiques, nous travaillons et nous avançons ensemble", a-t-il ensuite assuré, admettant néanmoins que "des fois, il y a des petits mots qui peuvent aussi causer quelques problèmes".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.