Xinjiang Police Files : "Plus de 12% de la population" est détenue dans certains districts ouïghours en Chine

La journaliste du journal "Le Monde" Nathalie Guibert nous en dit plus sur les Xinjiang Police Files, des fichiers piratés dans les ordinateurs de la police chinoise et révélés mardi par la presse internationale.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une manifestation en soutien au Ouïghours oppressés par la dictature chinoise à Paris, le 2 octobre 2021. (NATHANAEL CHARBONNIER / RADIO FRANCE)

Dans certains districts de la province chinoise du Xinjiang, "plus de 12% de la population" est détenue, principalement des Ouïghours, indique mardi 24 mai sur franceinfo Nathalie Guibert, journaliste du Monde qui a travaillé sur les Xinjiang Police Files [article payant]. Ces milliers de documents de la police chinoise, livrés à un chercheur, sont publiés par des médias internationaux, au moment de la visite de Michelle Bachelet en Chine. La cheffe de l'ONU pour les droits de l'Homme entame une visite extrêmement attendue dans la région chinoise du Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une répression féroce contre les musulmans ouïghours.

franceinfo : D'où viennent ces documents ?

Nathalie Guibert : Ce sont 100 000 fichiers informatiques qui ont été piratés dans les ordinateurs de la police de deux préfectures du Xinjiang, celle de Kachgar et celle d'Ili. Cette masse est inédite, elle va de 2000 à 2018, mais elle est surtout très intéressante pour les documents entre 2017 et 2018, période qui correspond à la mise en place des camps d'internement pour les Ouïghours (…) La source de l'anthropologue allemand Adrian Zenz est très fiable. Et tous les documents qui sont sortis de ces ordinateurs piratés ont été vérifiés de diverses manières par un consortium de 14 médias internationaux.

Que faut-il retenir de ces Xinjiang Police Files ?

Un chiffre : plus de 10% de la population est dans ces camps, c'est plus que le goulag stalinien. On a un fichier qui contient les 286 000 habitants du district de Shufu. Sur ces 286 000 habitants, il y a plus de 24 000 personnes relevant des minorités, donc principalement des Ouïgours musulmans, qui sont détenus, c'est-à-dire plus de 12% de la population.

"Ce taux de détention est absolument énorme. Il est supérieur à celui du stalinisme et 64 fois plus élevé que le taux de détention moyen en Chine."

Nathalie Guibert, journaliste au "Monde"

à franceinfo

C'est la fabrique de la répression ?

Oui, avec cette façon aussi de mettre la pression sur les policiers, sur les différentes formes de police, parce qu'il y a des unités de toutes sortes : des gardes armés, des gardes non armés, des personnels plus lourdement équipés. On a un document qui montre qu'un agent n'a pas été assez vigilant et a été sanctionné aussitôt. C'est absolument inédit de le voir dans les moindres détails (…) On a eu officiellement 100 000 policiers et officieusement 150 000 policiers recrutés spécialement pour la mise en place des camps. Mais il faut dire que la population ouïghoure qui est passée par les camps est, elle aussi, considérable, puisque selon les estimations, c'est entre 900 000 et presque deux millions de personnes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Persécution des Ouïghours

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.