Cet article date de plus de huit ans.

Les noms de Chinois soupçonnés d'être en relation avec des Américains auraient été récupérés par Pékin

Pékin pourrait se servir de ces informations obtenues par des pirates pour mener des représailles ou du chantage à l'encontre de certains de ses ressortissants, selon le "New York Times".

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Les locaux de l'Office of Personnel Management, à Washington (Etats-Unis), le 5 juin 2015. (MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Des pirates chinois pourraient avoir obtenu l'identité de Chinois en relation avec des Américains, informations dont Pékin pourrait se servir pour faire chanter ses ressortissants, a affirmé le New York Times jeudi 10 juin. Accusés d'avoir récemment piraté les données de quatre millions d'employés fédéraux américains, les hackers chinois "ont pu obtenir les noms de Chinois proches, amis ou associés de diplomates américains et autres responsables gouvernementaux", selon les enquêteurs.

La semaine dernière, le gouvernement américain avait annoncé avoir détecté le piratage des données de l'Office of Personnel Management (OPM), dernière offensive numérique en date contre des intérêts américains, et attribuée par la presse américaine à des pirates chinois. Une accusation "irresponsable et sans fondement scientifique", avait réagi le ministère chinois des Affaires étrangères.

"Vous pourriez avoir des problèmes"

Les employés fédéraux qui possèdent des informations sensibles sur la sécurité nationale doivent obligatoirement lister leurs contacts étrangers, explique le New York Times. "Les enquêteurs tentent de déterminer combien parmi ces milliers de noms ont été compromis", ajoute le quotidien. 

"Cela donne aux Chinois la capacité d'exploiter qui est listé en tant que contact étranger", explique James Lewis, expert au journal. "Et, si vous êtes un Chinois qui n'a pas rapporté ses contacts ou sa relation avec un Américain, vous pourriez avoir des problèmes." Ce piratage est le dernier d'une série de cyberattaques visant le gouvernement américain, mettant en évidence ses failles de sécurité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.