La présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi arrivée à Taïwan, malgré les menaces de la Chine

Pékin, qui revendique sa souveraineté sur l'archipel, dénonce l'attitude "extrêmement dangereuse" des Etats-Unis.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi à Washington (Etats-Unis), le 29 juillet 2022. (SAUL LOEB / AFP)

Elle s'y est rendue malgré les menaces. La présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi a atterri à Taïwan mardi 2 août dans le cadre d'une tournée dans plusieurs pays asiatiques. Après avoir atterri à l'aéroport de Songshan à bord d'un avion militaire américain, elle a été accueillie à son arrivée par Joseph Wu, ministre des Affaire étrangères taïwanais. Son accueil a été diffusé en direct à la télévision.

La Chine a dénoncé dans la foulée l'attitude "extrêmement dangereuse" des Etats-Unis, annonçant des "actions militaires ciblées", en réponse à la visite. Pékin considère l'île comme une partie de son territoire à réunifier, par la force si nécessaire. Des "avions de chasse chinois Su-35" ont "traversé le détroit de Taïwan", a avait annoncé dans la soirée la télévision étatique chinoise CGTN.

Nancy Pelosi, 82 ans, est la plus haute responsable américaine élue à se rendre dans l'archipel en 25 ans. Elle a affirmé dans un communiqué que sa visite à Taïwan, non prévue dans son agenda, démontrait le "soutien inconditionnel à la dynamique démocratie" des Etats-Unis. L'élue démocrate a ajouté que cette visite ne contrevenait d'"aucune façon" à la politique de longue date des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine.

Dans une tribune publiée en parallèle dans le Washington Post (en anglais), Nancy Pelosi assure que sa visite à Taïwan a pour objectif d'"être aux côtés de Taïwan (...) où la démocratie est menacée".

La Chine annonce des "actions militaires"

Avant même l'arrivée de Nancy Pelosi, des "avions de chasse chinois Su-35" ont "traversé le détroit de Taïwan", qui sépare la Chine continentale de l'île revendiquée par Pékin, a annoncé la télévision étatique chinoise CGTN. La Chine a par la suite annoncé que l'armée allait lancer des "actions militaires ciblées" en réponse à cette visite. L'opération de l'armée vise à "défendre résolument la souveraineté nationale et l'intégrité territoriale et à fermement contrecarrer les ingérences extérieures et les tentatives séparatistes d''indépendance de Taïwan'", a déclaré un porte-parole du ministère de la Défense chinois.

La Chine estime que Taïwan, peuplée d'environ 23 millions d'habitants, est l'une de ses provinces, qu'elle n'a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949. Opposé à toute initiative donnant aux autorités taïwanaises une légitimité internationale, Pékin est vent debout contre tout contact officiel entre Taïwan et d'autres pays. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.