Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Hong Kong : un manifestant blessé par un tir à balle réelle de la police

C'est la troisième fois depuis le début des manifestations qu'un protestataire est ainsi blessé. Les deux précédentes victimes ont survécu.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Capture d'écran d'une vidéo montrant un manifestant visé par un policier, le 11 novembre 2019, à Hong Kong. (CUPID NEWS / AFP)

Un policier hongkongais a tiré sur un manifestant masqué, lundi 11 novembre, le blessant au torse, alors que la mégapole était paralysée par des opérations de blocage de très grande ampleur menée par la mouvance anti-Pékin. Ce coup de feu, filmé et retransmis en direct sur Facebook, illustre à nouveau la dégradation de la situation dans l'ex-colonie britannique, qui vit depuis cinq mois sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997.

Sur les images, on voit un policier en chemisette et gilet jaune essayant de maîtriser une personne vêtue d'un blouson blanc à un carrefour bloqué par des manifestants. Un autre homme masqué, vêtu de noir, s'approche et le policier lui tire visiblement sur le torse. L'homme tombe au sol puis s'assoit en se tenant l'abdomen, tente de se relever avant d'être maîtrisé à terre par le policier. 

(Attention, ces images peuvent heurter la sensibilité de certaines personnes.)


Une source policière a confirmé, sous le couvert de l'anonymat, que trois tirs à balles réelles avaient été effectués et qu'une personne avait été touchée à Sai Wan Ho. Une photo du média Cupid News montre deux manifestants à terre, dont un près d'une traînée de sang. Des sources hospitalières ont précisé que trois personnes avaient été hospitalisées, dont une pour une blessure par balle.

C'est la troisième fois depuis le début des manifestations qu'un protestataire est blessé par un tir à balle réelle. Les deux premières victimes, touchées en octobre, ont survécu.

L'exécutif refuse toute contre-enquête sur la police

Un appel à la grève générale avait été lancé pour ce lundi. Très tôt, à l'heure de pointe, plusieurs quartiers ont été le théâtre d'actions de blocage en tout genre. Des manifestants ont pris pour cible les stations du métro hongkongais ou ont érigé des barricades à certains carrefours.

Ces manifestations ont donné lieu à de multiples échauffourées avec les policiers, qui ont parfois fait usage de lacrymogènes. Une vidéo mise en ligne par des manifestants montrait notamment un policier tentant de précipiter plusieurs fois sa moto contre des protestataires bloquant une rue.

La cheffe de l'exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, a refusé de permettre une enquête indépendante sur le comportement de la police, ce qui est une demande clé des manifestants. Elle affirme que les forces de l'ordre étaient dotées d'un organisme de surveillance, l'IPCC, chargé d'instruire les plaintes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.