Cet article date de plus de six ans.

Les manifestants de Hong Kong se retirent de certains sites

Le chef de l'exécutif local a réaffirmé la détermination des autorités "à prendre toutes les mesures nécessaires pour rétablir l'ordre public".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants pro-démocratie bloquent l'une des principales artères du quartier de Mongkok à hong Kong, le 4 octobre 2014. ( BOBBY YIP / REUTERS)

Durant la 7e nuit du mouvement des pro-démocratie à Hong Kong, de nouveaux heurts ont éclaté dimanche 5 octobre entre des manifestants et la police. Des foules immenses se sont pressées samedi soir dans le quartier d'Admiralty, près du siège du pouvoir de l'ancienne colonie britannique, pour protester contre les violences survenues la veille auxquelles se sont mêlés militants pro-Pékin et hommes de main des triades.

Des manifestants ont encerclé des policiers, en les accusant d'avoir coopéré avec des membres de la mafia. La police a répliqué avec du gaz au poivre. En fin de journée, les manifestants prodémocratie de Hong Kong ont annoncé leur retrait de certains sites tout en maintenant la pression autour des bureaux du chef de l'exécutif.

"Toutes les mesures nécessaires pour rétablir l'ordre"

Dans un discours retransmis à la télévision, le chef de l'exécutif local Leung Chun-ying, dont les protestataires réclament la tête, a affirmé sa détermination à régler la situation d'ici à lundi.

"Le gouvernement et la police ont le devoir et la détermination de prendre toutes les mesures nécessaires pour rétablir l'ordre public afin que le gouvernement et les quelque sept millions d'habitants de Honk Kong puissent retrouver une activité et une vie normales", a-t-il déclaré.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.