Hong Kong : une "clinique de l'ombre" pour protéger l'identité des manifestants

À Hong Kong, des médecins reçoivent des manifestants pro-démocratie blessés, hors circuit conventionnel. Ces derniers évitent l'hôpital public, de peur d'être identifiés par le gouvernement.

FRANCEINFO

Un chiffre bien en deçà de la réalité. Officiellement, 1 235 manifestants pro-démocratie ont été blessés depuis le 4 juin à Hong Kong. "Les chiffres publiés par le gouvernement ne sont pas exacts, il y a plein de blessures cachées", rapporte Wong, médecin. Cette dernière est interne dans un hôpital de la ville et a décidé d'agir en rejoignant fin juillet "la clinique de l'ombre". De peur d'être arrêtés, beaucoup de manifestants blessés évitent l'hôpital public et les affrontements avec la police sont de plus en plus violents.

Des messages cryptés

Wong passe ses nuits à délivrer des diagnostics via une messagerie cryptée ou à arranger des consultations pour soigner des manifestants en secret. "En tant qu'étudiante en dernière année, c'est ma responsabilité de mettre mon savoir au service des manifestants parce que tout le monde devrait avoir le droit d'être soigné", poursuit l'interne. À l'hôpital, son supérieur ignore tout de sa vie de médecin de l'ombre.

Des manifestants prodémocratie à Hong Kong, le 29 octobre 2019.
Des manifestants prodémocratie à Hong Kong, le 29 octobre 2019. (MOHD RASFAN / AFP)