Hong Kong : le quotidien pro-démocratie "Apple Daily" annonce qu'il cessera de paraître à partir de jeudi

Bâillonné par Pékin, qui a notamment arrêté plusieurs de ses dirigeants, le journal hongkongais publiera jeudi son dernier numéro.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un cordon de police a été disposé devant les bureaux du journal "Apple Daily", le 17 juin 2021. (KIN CHEUNG / AP)

Le dernier numéro du quotidien pro-démocratie Apple Daily à Hong Kong paraîtra jeudi, a déclaré mercredi 23 juin son conseil d'administration, moins d'une semaine après le gel de ses actifs et l'arrestation de cinq de ses dirigeants le 17 juin. Au nom de la loi draconienne sur la sécurité globale, le pouvoir chinois a accentué sa pression sur le journal hongkongais, très critique à l'égard de Pékin et soutien sans faille au mouvement pro-démocratie. Malgré la mobilisation des journalistes et leur volonté de poursuivre leur travail, le quotidien a annoncé qu'il arrêtait ses activités, car il ne se trouvait plus en mesure de payer ses salariés et ses fournisseurs.

Mercredi, le conseil d'administration de Next Digital, a confirmé que le tabloïd cesserait de paraître. "Apple Daily a décidé que le journal cessera ses activités à partir de minuit et que le 24 juin sera son dernier jour de publication", a écrit le journal sur son site internet (en mandarin), précisant que le site internet du quotidien "cessera d'être mis à jour à partir de minuit".

Le chef de la diplomatie britannique, Dominic Raab, a jugé "glaçante" la fermeture du quotidien, dénonçant une "campagne" des autorités de l'ancienne colonie britannique pour "faire taire" l'opposition.

Plusieurs figures du journal ont été arrêtées

Le célèbre tabloïd a été créé en 1995 par le magnat de la presse, Jimmy Lai, 73 ans, qui est actuellement en détention et condamné à plusieurs peines de prison pour son implication dans des manifestations pro-démocratie en 2019. Il est également poursuivi en vertu de la loi sur la sécurité nationale, imposée l'an passée par Pékin, pour des faits passibles de la prison à vie.

Cinq cadres du journal ont par ailleurs été arrêtés pour collusion avec des forces étrangères en vue de porter atteinte à la sécurité nationale de la Chine. Deux responsables du quotidien, le rédacteur en chef du titre, Ryan Law, et son directeur général, Cheung Kim-hung, ont été inculpés le 18 juin et ont été placés en détention provisoire. Le principal éditorialiste du quotidien a également été arrêté au nom de cette loi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hong Kong

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.