Tourisme, urbanisation... la Grande Muraille de Chine menacée

Près de 30% de sa portion la plus connue ont disparu, selon une étude officielle publiée lundi.

Les remparts de la Grande Muraille de Chine, près de Pékin, le 9 janvier 2012.
Les remparts de la Grande Muraille de Chine, près de Pékin, le 9 janvier 2012. (STEPHANE FRANCES / ONLY WORLD / AFP)

La Grande Muraille de Chine a perdu près de 30% de sa longueur, selon une étude officielle citée lundi 29 juin par les médias d'Etat. Environ 2 000 kilomètres de sa portion la plus célèbre, construite par les empereurs Ming, ont ainsi disparu. Près de 1 200 kilomètres sont en outre en mauvais état, estime l'Administration d'Etat chargée du patrimoine.

Les briques du monument ont été pillées pour construire des maisons, explique l'agence gouvernementale, dont l'étude concerne un segment long de quelque 9 000 kilomètres. L'afflux des foules de touristes contribue également à la dégradation du monument classé au patrimoine mondial de l'Unesco, a ajouté cette agence.

Des pans entiers détruits pour construire des routes

"Les résidents vivant à proximité de la Grande Muraille avaient l'habitude de se servir en briques pour bâtir leurs maisons et des sections ont été détruites en raison de l'expansion urbaine et de la construction des routes", explique un expert de la Commission d'étude de la Grande Muraille, au journal Global Times (en anglais).

Le monument est en outre abîmé par les éléments naturels et les plantes qui poussent sur les remparts, rapporte Business Insider (en anglais). "Même si certains murs sont constitués de briques et de pierres, ils ne peuvent pas résister à l'exposition au vent et à la pluie", précise le vice-président de la Société de la Grande Muraille de Chine.

La Grande Muraille n'est pas continue : elle est constituée d'un agrégat de portions construites sous différentes périodes, à partir du 3e siècle avant notre ère. En comptant les parties disparues et celles formées par des reliefs naturels, on estime sa longueur totale à environ 21 000 kilomètres. Une impressionnante distance qui ne permet cependant pas au monument d'être visible à l'oeil nu depuis la Lune, contrairement à une idée reçue.