Cet article date de plus de sept ans.

Chine: l'industrie automobile est sur les rails

La Chine est aujourd’hui le premier marché automobile au monde. Sur les 11 premiers mois de 2013, les ventes de voitures ont grimpé de 13,5% sur un an, pour atteindre un total de 19,86 millions d'unités. Des records qui aiguisent l’appétit des constructeurs étrangers. Dans le même temps, les groupes chinois commencent à s’intéresser au sort de concurrents en difficulté. Tel le français Peugeot.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Ouvrier sur une ligne de montage dans une usine de la co-entreprise (joint venture) Dongfeng-PSA à Wuhan (province de Hubei, centre de la Chine), le 7 décembre 2013. (AFP - Peter Parks)
PSA Peugeot Citroën a confirmé le 12 décembre 2013 «étudier des nouveaux projets de développement industriel et commercial avec différents partenaires, y compris (le chinois NDLR) Dongfeng Motor, ainsi qu’un projet d’augmentation du capital». Ce qui, aux yeux des experts, semble montrer «une montée en puissance des relations avec les Chinois»

Car l’industrie automobile chinoise se porte très, très bien. Et ses perspectives sont florissantes: selon les prévisions du cabinet McKinsey, le marché chinois des voitures particulières devrait croître de 8% par an en moyenne d'ici à 2020, pour atteindre 22 millions d'unités vendues par an.

Ce marché effervescent mais extrêmement contrôlé par les autorités, reste dominé par de grands groupes étatiques. Des groupes avec lesquels les constructeurs étrangers s'associent pour pouvoir bénéficier d'une implantation industrielle dans le pays et y développer leurs ventes.

SAIC (Shanghai Automotive Industry Corporation) est le premier constructeur du pays, avec 4,46 millions de véhicules vendus en 2012 (environ 23% de parts de marché). C’est aussi l'allié depuis plus de 20 ans de l'allemand Volkswagen et de l'américain General Motors (GM).

Les deux groupes profitent à plein de leur implantation de longue date dans le pays. GM a ainsi vendu 2,81 millions de véhicules en Chine en 2012 (une progression de 11% sur un an). Tandis que Volkswagen y écoulait 2,84 millions d'unités. Soit un bond de 25%.
 
Dongfeng Motor, deuxième constructeur chinois avec 3,07 millions d'unités écoulées l'an dernier (16% de parts du marché), a quant à lui multiplié les alliances tous azimuts. Outre PSA Peugeot Citroën, le groupe a fondé des coentreprises avec Renault, mais aussi les japonais Nissan et Honda, et le sud-coréen Kia, ainsi qu'avec le taïwanais Yulon.

Parmi ces coentreprises, seule Dongfeng Nissan s'est hissée parmi les dix premières marques sur le marché chinois, avec 773.000 voitures écoulées en 2012, contre 440.000 pour Dongfeng Peugeot Citroën (DPCA). En troisième position parmi les constructeurs chinois, First Automotive Works (FAW), allié du japonais Toyota et de VW-Audi, avait pour sa part vendu en 2012 quelque 2,65 millions de véhicules.

Bref, une moisson de bons chiffres qui peuvent aider les constructeurs chinois à venir concurrencer leurs partenaires étrangers sur leurs propres marchés…  

Les vues de la Chine sur le marché automobile mondial

Vidéo AFP (en anglais), 24-4-2013

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.