Cet article date de plus de huit ans.

Cette Chine qui aime les affaires

Le 8 novembre s'ouvre le congrès du Parti communiste chinois. A cette occasion, voici l'étonnante histoire d'une petite ville de Chine, Hua Xi, qui a prospéré en mêlant le dogme communiste au capitalisme de masse. Ici, les habitants sont actionnaires de leur usine et le secrétaire local du parti passe pour un visionnaire.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les pères fondateurs de la Chine communiste. (FTV)

Le 18e congrès du Parti communiste chinois sera l'occasion d'un profond renouvellement des cadres. Des cadres à la toute puissance, qui orientent la stratégie du pays pour de longues années. Deng Xiaoping, qui dirigea de facto le pays pendant quatorze ans de 1978 à 1992, est le père de l'économie chinoise actuelle. Il a mis en place un ambitieux programme de développement économique fondé sur le postulat «d'un pays, deux systèmes».

Il fallait bien sûr des courroies de transmission pour que cette théorie soit appliquée à tout le pays. Ainsi, pour la ville de Hua Xi, Wu Ren Bao, le secrétaire local a été l'organisateur de cette révolution. Et quand on lui parle de capitalisme masqué, il ne manque dans sa réponse que la célèbre maxime de Deng : «Qu'importe qu'un chat soit noir ou blanc, s'il attrape la souris, c'est un bon chat.»

[{iframe:http://api.dmcloud.net/player/embed/4e7344c194a6f677b000072a/50879b5d94a6f63740000fb5?auth=1666509761-0-oa2chqyh-27e6942fc287d3e4d0bd6d68057b58f2&w=640&h=360}]

Reportage France 2, Alain de Chalvron et Sylvain Giaume, diffusé le 23 octobre 2012

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.