Cet article date de plus de cinq ans.

11 novembre : Alibaba fête les célibataires et rafle 13 milliards d'euros

Le géant chinois du commerce en ligne Alibaba a explosé tous les chiffres, réalisant plus de 13 milliards d’euros en moins d’un jour. La société a lancé une opération commerciale sans précédent pour la «Journée des célibataires». 146 millions d’euros ont été dépensés en une minute. Les acteurs Kevin Spacey et Daniel Craig ont été appelés à la rescousse.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le géant chinois a engrangé plus de 13 milliards d'euros en un jour (ZHEJIANG DAILY / IMAGINECHINA)
Dites «double-onze» et cliquez, que vous soyez célibataire ou non. Le 11 novembre (11/11), appelé "double-onze" en Chine, est célébré comme le  "jour des célibataires", en raison de la succession de "1" dans la date. Depuis  2009, le géant chinois du e-commerce Alibaba saisit l'occasion pour doper l'activité de ses plateformes, à grand renfort de rabais censés consoler les personnes seules mais séduisant en réalité tout le monde. Des soldes monstres qui ont des répercussions jusqu’en Australie.
 
Pour cette seule journée du 11 novembre, Alibaba a fait exploser tous les records en réalisant un chiffre d’affaires de 13,31 milliards d’euros, l’équivalent du PIB de l’Islande ou du Sénégal. Soit 60% de plus qu’en 2014. Des chiffres vertigineux : 710 millions de transactions en une journée, le nombre de consommateurs ayant réalisé des achats via smartphones ou tablettes, une priorité pour Alibaba, a atteint les 95  millions (soit deux fois la population de l'Espagne) et… 146 millions d’euros dépensés en une minute. «Cette journée démontre la puissance de la consommation intérieure en Chine  et la forte demande des consommateurs chinois pour des produits étrangers», s’enthousiasme Daniel Zhang, le directeur général d’Alibaba.

 
Pénurie de lait pour bébé en Australie
«Nous croyons savoir qu'en ce moment, il est difficile de trouver notre gamme de produits et prenons acte de la frustration des mamans et papas. L'achat de nos produits dans le but exclusif de les revendre  à l'étranger a limité les stocks», a écrit sur sa page Facebook la société agroalimentaire Bellamy's Organic.  
 
L’entreprise australienne a été contrainte de présenter ses excuses aux parents qui ne trouvent plus de lait pour bébé dans les rayons des supermarchés en raison de l'appétit chinois pour ses produits, exacerbé par de gigantesques soldes en ligne. La demande chinoise pour le lait infantile produit à l'étranger s'expliquerait  notamment par une série de scandales alimentaires. En 2008, six bébés avaient  péri et 300.000 autres avaient été intoxiqués par du lait mélangé à de la  mélamine.

L'acteur Daniel Craig et Jack Ma au lancement de la "journée des célibataires" (STR / AFP)

 
Contrefaçons, jaloux et people
L’Amazon chinois ne vend rien directement, il sert d'intermédiaire. Sa plateforme Taobao contrôle 90% du marché chinois des transactions de particulier à particulier et son site Tmall représente 50% des ventes en ligne de professionnels à particuliers. L'entreprise est régulièrement critiquée pour la forte proportion de contrefaçons des produits de luxe proposées sur ses plateformes.
 
Des peoples invités à promouvoir la marque. L'acteur américain Kevin Spacey, interprétant son personnage de président  américain de la série House of Cards (très populaire en Chine) était ainsi  le héros d'une vidéo publicitaire de Tmall. Mardi soir, le comédien Daniel Craig, qui incarne James Bond, était quant  à lui apparu aux côtés du charismatique patron d'Alibaba, Jack Ma, lors d'un gala télévisé destiné à séduire les consommateurs.
 
Cette situation de quasi-monopole excède son concurrent direct JD.com qui a saisi les autorités de la concurrence, accusant Alibaba de faire illégalement pression sur les  commerçants en les contraignant à ne vendre leurs produits que sur une seule plateforme en ligne. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.